العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Turquie: 4 morts dans des violences pendant la visite d'un député

Turquie: 4 morts dans des violences pendant la visite d

Turquie: 4 morts dans des violences pendant la visite d'un député

Quatre personnes ont été tuées jeudi lors de violences dans une ville du sud de la Turquie au cours de la visite d'un député du parti au pouvoir en campagne pour les élections du 24 juin, ont annoncé les médias.

Une bagarre impliquant l'entourage du député de l'AKP Ibrahim Halil Yildiz au moment de sa visite dans la ville de Suruç, près de la frontière syrienne, selon les médias, dont certains ont fait état de tirs.  Les circonstances de cet incident font l'objet de versions divergentes.  Des médias favorables au gouvernement ont affirmé que M. Yildiz et ses partisans avaient été attaqués par des opposants armés de bâtons et de couteaux.    

Mais les agences de presse Anadolu (étatique) et Dogan ont parlé d'une fusillade.  Anadolu a affirmé que des partisans du parti prokurde HDP étaient impliqués dans l'attaque et que le frère du parlementaire figurait parmi les personnes tuées.  Toutefois, des médias prokurdes ont imputé l'attaque aux gardes du corps du député, affirmant qu'ils avaient ouvert le feu dans un marché de la ville après que l'élu y eut reçu un accueil hostile des commerçants.  

Le bureau du gouverneur de la province de Saliurfa dans laquelle se trouve Suruç, une ville majoritairement peuplée de Kurdes, affirme pour sa part dans un communiqué qu'une "bagarre a éclaté entre deux groupes" pendant la visite du député dans de petites entreprises et que trois personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans un "incident" qui a eu lieu après son départ.   Un des blessés est mort par la suite à l'hôpital où il a été admis, selon les médias, qui ont précisé que le député était quant à lui sain et sauf.  

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de son côté imputé la responsabilité de ces violences au HDP ainsi qu'au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux.     "C'est l'illustration la plus évidente du fait que le HDP et le PKK n'ont pas été capables de renoncer à verser le sang des Kurdes pour alimenter leur stratégie d'expansion", a-t-il dit.  

En juillet 2015, un attentat attribué au groupe Etat islamique (EI) à Suruç avait fait 34 morts. A la suite de cette attaque, M. Erdogan a déclenché une "guerre contre le terrorisme" visant simultanément le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et l'EI. 

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا