العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Tunisie: des poursuites contre les manifestants bloquant la production pétrolière

Tunisie: des poursuites contre les manifestants bloquant la production pétrolière

Le gouvernement tunisien prépare des poursuites judiciaires contre les manifestants bloquant la production pétrolière dans le sud du pays, a assuré, vendredi, la ministre de l'Energie, Hela Cheikhrouhou.

""Aucune loi, aucune Constitution au monde ne peut protéger les agresseurs"", a-t-elle martelé sur les ondes de la radio Shems FM, dans une sérieuse mise en garde au lendemain de la publication de chiffres sur les pertes colossales engendrées par les mouvements sociaux.
   Ceux qui coupent les routes et bloquent la production ""se doivent d'assumer les conséquences de leurs actes"", a-t-elle averti, précisant que ""les photos et les vidéos dont ils s'enorgueillissent sur Facebook les condamnent"".
   La ministre a rappelé que les manifestants, qui demandent la nationalisation du secteur, rejettent, jusque-là, toutes les initiatives, ce qui menace l'avenir de 1.700 employés et pèse sur les intentions d'investissement.
   La veille, le ministère de l'Energie a annoncé la suspension de la production du pétrole et du gaz à Tataouine et Kébili (sud), causant des pertes hebdomadaires de quelque 24 millions de dinars, soit 10 millions de dollars environ.
   Les champs pétrolifères et gaziers de Tataouine et Kébili participent à hauteur de 46 pour cent de la production nationale de pétrole et de 27 pour cent de la production de gaz.
   L'arrêt du pompage pourrait engendrer des hausses des prix des hydrocarbures, alors que le dinar est à un plus bas jamais atteint face à l'euro et au dollar, avait averti le ministre de l'Emploi Imed Hammami, chargé des négociations avec les protestataires d'El Kamour à Tataouine.
   Un manifestant a été tué et une vingtaine d'agents de sécurité ont été blessés dans des heurts survenus, le 22 mai dernier, dans une tentative d'empêcher les ""campeurs"" d'El Kamour, à 170 km du chef-lieu de la wilaya éponyme, d'accéder à la principale station de pompage.
   Les contestataires de Tataouine et Kébili réclament, depuis plusieurs semaines, des mesures ""urgentes"" en termes d'emploi et de projets de développement, ainsi que l'allocation d'une partie des recettes pétrolières au profit des populations locales.

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا