العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Réfugiés: les Palestiniens désemparés après la fin des financements américains

Réfugiés: les Palestiniens désemparés après la fin des financements américains

DR

Déjà convaincus que Washington veut "liquider" leur cause, les Palestiniens ont exprimé samedi leur courroux et leur désarroi après la décision américaine de stopper tout financement de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (Unrwa), dont l'aide à des millions de personnes est désormais en jeu.

Vendredi, les Etats-Unis, qui étaient de loin les plus grands contributeurs de l'agence, ont annoncé qu'ils cessaient leur financement à l'Unrwa, aux activités "irrémédiablement biaisées", selon la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert.  

Une responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hanane Achraoui, a de son côté dénoncé une décision "cruelle et irresponsable".   "Les réfugiés palestiniens sont déjà des victimes qui ont perdu leurs maisons, leurs moyens d'existence et leur sécurité du fait de la création" d'Israël, a-t-elle dit dans un communiqué.    

"Une fois encore, ils sont brimés par l'administration américaine qui soutient Israël et ses dizaines d'années d'occupation militaire", a-t-elle ajouté.  Elle a appelé la communauté internationale à poursuivre son soutien "jusqu'à ce que la situation critique des réfugiés palestiniens soit résolue".  L'Unrwa aide plus de trois millions de Palestiniens sur les cinq millions enregistrés comme réfugiés --notamment à travers ses écoles et ses centres de santé, dans les territoires palestiniens mais aussi au Liban, en Jordanie et en Syrie.  

La peur d'un manque de fonds avait déjà fait dire à l'Unrwa qu'elle craignait de devoir fermer de façon permanente les plus de 700 écoles qu'elle gère, après des fermetures temporaires.     A Gaza, enclave surpeuplée sous blocus israélien où la plupart des enfants fréquentent les écoles de l'Unrwa, la décision américaine suscite de vives craintes au sujet de l'éducation.

Berlin a annoncé vendredi une hausse "substantielle" de la contribution allemande à l'agence de l'ONU et a appelé ses partenaires européens à en faire autant.   La veille, la Jordanie avait annoncé l'organisation d'une conférence le 27 septembre à New York pour soutenir l'agence, qui a besoin d'au moins 200 millions de dollars (170 millions d'euros) d'ici la fin de l'année pour remplir sa mission.

La décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël, fin 2017, a marqué une rupture dans les relations avec les Palestiniens. Ses dirigeants ont immédiatement coupé tout contact avec Washington, lui déniant désormais tout rôle de médiateur dans le processus de paix avec Israël, malgré les ambitions affichées par le président des Etats-Unis.    

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا