العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Monde arabe : un nouveau "vendredi de colère"

Monde arabe : un nouveau "vendredi de colère"

D'importantes manifestations hostiles aux pouvoirs en place se sont déroulées en Syrie, mais aussi au Yémen et en Égypte....

C'est en Syrie que la représsion a été la plus violente. L’Organisation syrienne des droits de l’homme parle de 22 personnes tuées par des membres des forces de sécurité, habillés en civil, et qui ont tiré parfois à balles réelles. La répression s’est notamment exercée à Derâa : 17 manifestants ont été tués dans ce foyer de la contestation, dans le sud du pays. Le régime parle, lui, ce soir, de 19 policiers tués, et de dizaines d’autres blessés…
Difficile de savoir ce qu’il en est réellement, mais ce « vendredi de la persévérance » semble en tout cas avoir réuni les foules les plus nombreuses depuis le début du mouvement de contestation, il y a trois semaines. La rue demande toujours la levée de l’état d’urgence et des réformes politiques substantielles, alors que, jusqu’à présent, le régime du président Assad n’a montré que de timides gestes d’ouverture.

Autre dirigeant contesté : au Yémen, le président Saleh a rejeté aujourd’hui un plan de sortie de crise proposé par les pays du Golfe. Ali Abdallah Saleh s’est exprimé devant ses partisans, qui ont marché dans le centre de Sanaa, tandis qu’à l’autre bout de la ville, des milliers de protestataires continuent de camper pour exiger son départ.

Et puis, en Égypte, des dizaines de milliers de personnes sont retournées aujourd’hui place Tahrir, au Caire, pour réclamer des poursuites judiciaires contre le président déchu, Hosni Moubarak. Ils ont également reproché aux autorités militaires leur lenteur dans la lutte contre la corruption.

إضافة تعليق

انظر أيضا