العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Lybie: Zaouiah serait tombée, Kadhafi perd du terrain

Lybie: Zaouiah serait tombée, Kadhafi perd du terrain

Le face à face perdure entre le régime et l'opposition. La ville de Zaouiah serait tombée aux mains des opposants. ...

La ville de Zaouiyah (50 kilomètres à l'ouest de Tripoli) serait sous contrôle des rebelles, qui auraient hissé leur drapeau sur un bâtiment du centre-ville. Une ville stratégique pour le dirigeant libyen Muammar Kadhafi car elle est la dernière grande ville avant Tripoli sur la route menant de la frontière tunisienne à la capitale.
Le contrôle de cette cité qui abrite une raffinerie de pétrole a fait l'objet d'une lutte violente et sans répit depuis plusieurs jours entre les rebelles et des militaires et mercenaires de Kadhafi. Un habitant parle d'au moins 50 morts cette nuit et d'une trentaine de jeunes hommes enlevés.
A Musratha, troisième ville du pays, des mercenaires payés par le régime et héliportés sur place ont ouvert le feu hier sur les habitants qui se rendaient aux funérailles de victimes. D'après des témoignages, à Brega, la population tente de s'organiser en prévision de nouvelles contre-attaques des forces pro-Kadhafi. A l'ouest de la capitale encore, la situation était très tendue hier à Zouara, où les forces pro-Kadhafi encerclent la ville.
Selon un journal libyen, trois tribus de la région des Oasis, au sud de Benghazi, se sont également ralliées au soulèvement hier et s'engagent à défendre des puits de pétrole de leur secteur.
Et l'opposition s'organise: l'ancien ministre de la justice qui a démissionné il y a quelques jours pour dénoncer la répression du soulèvement, devrait diriger la formation d'un gouvernement provisoire qui comprendrait des personnalités militaires et civiles. Ce cabinet de transition devrait durer trois mois maximum, le temps d'organiser des élections justes.
Aujourd'hui on s'attend à de nouveaux combats. Le colonel Kadhafi aurait armé ses partisans pour qu'ils s'en prennent aux manifestants, comme il l'avait promis. Dans la capitale, après les violents combats de ces derniers jours, les rues étaient quasi-déserte hier, tandis que des miliciens pro-Kadhafi patrouillaient dans les rues.
Face à ces violences, les évacuations se poursuivent. Les autorités marocaines annoncent avoir affecté deux bateaux pour rapatrier les ressortissants marocains établis en Libye.
Selon le Haut commissariat aux réfugiés, 100 000 personnes ont fui les violences en Libye cette semaine pour des pays voisins. La majorité sont des travailleurs immigrants.
A l'étranger, la pression se fait de plus en plus grande. Hier soir le président américain Obama a déclaré que Muammar Kadhafi devait désormais quitter le pouvoir. A l'ONU, les pays membres du Conseil de Sécurité ont adopté hier soir à New York une résolution sévère. Elle impose une interdiction de déplacement et un gel des avoirs de Muammar Kadhafi et de ses proches. Les 15 membres du Conseil de Sécurité ont également demandé de saisir la Cour pénale internationale de La Haye pour des enquêtes sur la répression meurtrière en Libye et la possible poursuite de personnes responsables de la mort de civils.
 

إضافة تعليق

انظر أيضا