انظر أيضا

آخر المقالات

La saison de la chasse 2018-2019 s'est déroulée dans de "bonnes conditions" (Direction Régionale des Eaux et Forêts du Haut Atlas)
المغرب العربي

La saison de la chasse 2018-2019 s'est déroulée dans de "bonnes conditions" (Direction Régionale des Eaux et Forêts du Haut Atlas)

La saison de chasse 2018-2019 au niveau des territoires relevant de la Direction régionale des Eaux et Forêts et de la lutte contre la Désertification du Haut Atlas (DREFLCD/HA) s’est déroulée dans de “bonnes conditions”.

Dans un communiqué parvenu à la MAP, la Direction régionale a ainsi fait savoir qu’un total de 7.179 chasseurs contrôlés, majoritairement marocains, ont exercé cette activité surtout en chasse banale dans les territoires relevant de la DREFLCD/HA, contre 6.812 chasseurs en 2017-2018.   Et de préciser que la perdrix, le lièvre, le lapin, le pigeon et les cailles ont constitué les principales espèces de "petit gibier" chassées, avec des prélèvements respectant un quota signalé dans l’arrêté annuel de chasse qui respecte la biologie de chaque espèce, tout en satisfaisant les amateurs de ce sport.

Les prélèvements de ce petit gibier ont connu une hausse par rapport aux moyennes calculées sur les 5 dernières années, a fait remarquer la même source, notant que le nombre de lièvres prélevés est de 2.385 contre une moyenne de 1.571.   D'un autre côté, le nombre de perdreaux chassé est estimé à 16.159 contre une moyenne de 7.959, en plus des autres espèces de petit gibier comme les cailles et les pigeons, a ajouté la DREFLCD du Haut Atlas.

Selon la Direction régionale, ceci est dû aux conditions climatiques favorables ayant marqué l’année 2018 avec une pluviométrie importante et une répartition spatiale et temporelle favorisant le développement du gibier grâce à la disponibilité de l’eau, de l’alimentation et du couvert végétal.

D'autre part, la Direction a affirmé qu’elle veille aussi avec ses partenaires à ce que le capital du gibier chassable soit suffisant pour répondre aux besoins de l’activité cynégétique. Dans ce sens, elle cadre les actions de lâcher de gibier et de repeuplement et assure avec ses partenaires des actions de suivi des espèces chassables (comptage, analyse des prélèvements, gestion et renforcement du rôle de veille sanitaire).  

S’agissant du nombre de délits de chasses, la même source a signalé qu’il n’a pas dépassé 46 délits contre 117 en 2017-2018, une baisse drastique par rapport aux années précédentes, du fait de l’applicabilité du plan de cadrage de l’activité cynégétique, du renforcement des procédés de lutte contre le braconnage via l’unité de contrôle et de surveillance de la faune sauvage, sans oublier que la chasse marque une orientation tendancielle virant vers l'écologisation de cette activité.  

Et de relever que les chasseurs prennent désormais conscience de leur rôle pour maintenir et préserver la faune chassable et l’intérêt d’exercer cette activité selon les règles préétablies, pour maintenir le potentiel de la biodiversité et, partant, satisfaire les besoins et les aspirations des générations présentes et futures.   Dans ce cadre, la Direction régionale des Eaux et forêts du Haut Atlas a indiqué que les chasseurs ont exercé leur activités cette année sur une superficie amodiée estimée à 372.300 ha, répartie en 70 lots de chasse associative (184.360 ha), 07 lots provinciaux (17.880 ha) et 29 lots de chasse touristique (167.208 ha), avec des jeux de réserve, dont 16 réserves permanentes sur 340.000 ha et 23 réserves triennales sur 1.800.000 ha.  

A noter que la chasse est un loisir qui contribue au développement des espaces ruraux et maintient l’équilibre de la dynamique floristique et faunistique de la zone, de même qu’elle est une activité qui fournit aussi des bénéfices sociaux, culturels, économiques significatifs.  

Le tourisme cynégétique contribue à la création des opportunités de travail direct estimées à plus de 164.833 journées de travail sur le terrain, en plus des emplois indirects dans des secteurs parallèles (hôtellerie, armurerie, restauration, tourisme rural), impactant positivement l’économie nationale et améliorant ainsi les conditions de vie de la population locale.