العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

L'Egypte ferme prématurément la frontière avec Gaza

L

DR

L'Egypte a fermé vendredi prématurément sa frontière avec la bande de Gaza, alors que son armée menait une vaste opération contre les terroristes dans le Sinaï voisin, ont indiqué des responsables palestiniens.

La frontière, rouverte mercredi, n'était censée fermer que vendredi soir.   C'était la première fois que la frontière, fermée quasiment en permanence à l'exception de quelques dizaines de jour par an, rouvrait en 2018.    "La frontière (au point de passage) de Rafah a été fermée aujourd'hui en raison de la situation sécuritaire dans le Sinaï, nous ont indiqué les autorités égyptiennes", a dit Saleh al-Zaq, chef de la commission palestinienne des affaires civiles qui contrôle les frontières.    

La frontière égyptienne est la seule de la bande de Gaza à ne pas être contrôlée par Israël. Israël soumet l'enclave palestinienne à un rigoureux blocus pour juguler le Hamas, l'un de ses grands ennemis, qui dirige la bande de Gaza.  L'Egypte cherche elle aussi à contenir le Hamas et à bloquer les mouvements d'hommes et d'armes qui pourraient servir l'insurrection dans la péninsule du Sinaï.  

L'ouverture de la frontière égyptienne, presque toujours annoncée au dernier moment, représente pour des Gazaouis inscrits depuis des mois sur des listes d'attente l'espoir de sortir de l'enclave. Les Israéliens, eux, délivrent les permis de sortie au compte-gouttes.  L'armée égyptienne a lancé vendredi une vaste opération "antiterroriste" dans la péninsule du Sinaï, où la branche locale du groupe Etat islamique mène régulièrement des attaques meurtrières, dans des régions du delta du Nil et dans le désert occidental, frontalier de la Libye.    

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a néanmoins pu prendre la route du Caire avant la fermeture de la frontière, pour des entretiens avec les responsables égyptiens, a dit Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas à Gaza.     Les discussions devraient notamment porter sur un accord de réconciliation entre groupes palestiniens conclu en octobre sous les auspices du Caire, a-t-il dit. Cet accord est à l'agonie.     C'est a priori la première fois que M. Haniyeh sort de la bande de Gaza depuis qu'il a été placé fin janvier par les Etats-Unis sur une liste noire de "terroristes".    

إضافة تعليق

انظر أيضا