Actualits : Divers Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Un 1er mai sous le signe de l'austrit
Reuters Valence Espagne  
Des centaines de milliers de travailleurs défilent au Maghreb et en Europe


La fête du travail célébrée au Maroc. Les défilés organisés par les différentes centrales syndicales à l'occasion de la fête du travail se déroulent dans plusieurs villes du Royaume. Mobilisation des travailleurs pour réclamer l'amélioration de leurs conditions matérielles, sociales et professionnelles.

Plusieurs meetings sont prévus à cette occasion dans les grandes villes, notamment à Rabat et Casablanca.

Drapeaux et ballons rouges et blancs aux couleurs de la Tunisie,  20 000 personnes au moins marchent vers le centre de la capitale, mobilisation à l'appel des syndicats pour l'emploi mais aussi pour l'unité nationale. Des partisans d'Ennahda et de divers partis se sont joints à la manifestation.

En Europe, un 1er mai placé sous le signe de l'austérité

Sous le signe de l'austérité et sur fond de crise du modèle social européen, les traditionnels défilés du 1er mai se déroulent dans toute l'Europe, comme en Espagne qui vit une "fête du travail" morose, avec un taux de chômage record.

Sous le mot d'ordre "Travail, dignité, droits. Ils veulent tout détruire", plusieurs milliers de manifestants étaient rassemblés dans le centre de Madrid à la mi-journée, avant le départ du cortège convoqué par les deux principaux syndicats espagnols, UGT et CCOO. En ligne de mire des manifestations, prévues dans environ 80 villes d'Espagne: les coupes budgétaires et la réforme du travail adoptée en février par le gouvernement conservateur.

"Nouvelle réforme du travail: vers un monde d'esclaves", proclamait une grande banderole affichée vers le départ du défilé.

"J'ai deux filles au chômage: ils ont licencié les jeunes qui avaient du travail", se désole l'une des manifestantes, Josefa Martinez Fernandez, 51 ans.

"J'ai à peine de quoi travailler", renchérit Lorenzo Martin Ribera, 65 ans, propriétaire d'une imprimerie.

Introduite pour relancer un marché du travail sinistré depuis l'explosion de la bulle immobilière en 2008, la réforme est loin d'avoir fait ses preuves: l'Espagne a pulvérisé vendredi un nouveau record de chômage dans les pays industrialisés, avec un actif sur quatre (24,4%) sans emploi.

Dans une Grèce frappée par une politique de rigueur encore plus sévère, imposée par ses créanciers, des milliers de personnes, en majorité des militants communistes, ont participé aux manifestations à Athènes et dans d'autres villes. Selon la police, plus de 18.000 personnes ont manifesté dans tout le pays.

"Personne seul, tous ensemble on va y arriver", proclamait la principale banderole dressée derrière la tribune installée sur la place Kotzia, dans le centre d'Athènes.

"A bas la justice des marchés", "Sanctionnez les partis de la rigueur", pouvait-on lire sur d'autres banderoles.

Ces défilés interviennent à cinq jours des élections législatives du 6 mai, dont le résultat est incertain en raison de la baisse de popularité des deux principaux partis, la Nouvelle-Démocratie (droite), partant favori, et les socialistes du Pasok, sanctionnés pour la politique d'austérité.

1er mai "de campagne électorale" en France

En France, syndicalistes, militants de gauche, partisans de Nicolas Sarkozy et activistes du Front national de Marine Le Pen étaient tous attendus dans la rue pour un 1er mai également très politique, à cinq jours de la présidentielle.

A l'appel des deux grandes centrales, la CGT et la CFDT, et de trois autres -- Unsa, FSU et Solidaires --, les salariés doivent manifester en participant à 289 défilés.

Scandant les slogans "Ni droite ni gauche, bleu marine" et "Bleu blanc rouge, la France aux Français", des milliers de participants formaient le cortège du Front national (extrême droite), qui a commencé à Paris en milieu de matinée.

Arrivée en 3e position au premier tour avec un taux record de voix (17,90%), Marine Le Pen a été ovationnée par les militants à son arrivée en tête du traditionnel défilé en hommage à Jeanne d'Arc. Elle doit se prononcer plus tard sur le second tour.

Nicolas Sarkozy a pour sa part convié ses partisans au Trocadéro, pour célébrer la "vraie" Fête du travail, plutôt que le "vrai travail" comme il l'avait annoncé la semaine dernière.

A Istanbul, des dizaines de milliers de manifestants venant de tous bords politiques ont convergé vers la place Taksim, sur la rive européenne de la métropole, où des dizaines de personnes avaient été tuées il y a 35 ans.

Selon les chiffres officiels, 20.000 policiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité du rassemblement sur cette place. La plus connue d'Istanbul, elle avait été rouverte aux manifestants le 1er mai 2010, après avoir été interdite depuis le 1er mai 1977, lorsque des inconnus avaient ouvert le feu sur la foule.

Medi1.com
01/05/2012 13:00
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
21/10/2014 23:00
19/10/2014 11:28
25/08/2014 18:15
20/10/2014 17:53
19/10/2014 10:43
19/10/2014 19:42
18/10/2014 09:45
18/10/2014 18:13
17/10/2014 06:05
17/10/2014 19.00
16/10/2014 13:13
15/10/2014 10:54
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>