Actualités : Maghreb Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Algérie: sanctions contre ceux qui touchent à la crédibilité des législatives (ministre)
Des sanctions sévères seront prises contre ceux qui toucheront à la "crédibilité" des élections législatives du 10 mai en Algérie, a prévenu samedi le ministre de l'Intérieur Daho Ould Kablia.
"Nous tenons plus que jamais à appliquer de la manière la plus ferme les sanctions contre toute tentative de toucher à la crédibilité du scrutin", a déclaré M. Ould Kablia, cité par l'agence APS.

Il a estimé que certains partis politiques qui "anticipent les événements en parlant de fraude, utilisaient ce discours pour justifier leur échec" à l'annonce des résultats.

L'Etat "fera face à tout ce qui remettra en cause la crédibilité des élections législatives", a-t-il dit.

L'opposition dénonce systématiquement des fraudes en faveur des partis au pouvoir depuis l'instauration du multipartisme en 1989. Pour garantir la transparence des législatives, le gouvernement a fait appel à des observateurs étrangers.

Il a également créé une commission nationale de supervision des élections composée exclusivement de magistrats désignés par le chef de l'Etat, chargée du "suivi et du contrôle des opérations électorales et de la neutralité des agents en charge de ces opérations".

M. Ould Kablia a par ailleurs jugé "exagérées" les ambitions de certaines formations politiques qui prédisent de remporter la majorité dans la future Assemble populaire nationale (APN, chambre basse du Parlement), qui comptera 462 députés.

"Aucun parti politique ne peut remporter seul 232 sièges (nombre de sièges de la majorité)", a-t-il dit.

"Seuls les résultats montreront le poids de chaque parti et seul le peuple donnera à chaque formation ce qu'elle mérite", a-t-il ajouté.

L'islamiste radical Abdallah Djaballah avait estimé récemment que les partis islamistes remporteraient la majorité aux élections législatives.

M. Djaballah dirige un nouveau parti, le Front pour la justice et le développement (FJD), autorisé en vertu d'une nouvelle loi sur les partis adoptée dans le cadre de réformes menées sous l'égide du président Abdelaziz Bouteflika, dans la foulée du Printemps arabe.

La campagne électorale pour les législatives à débuté le 15 avril et prendra fin le 6 mai.

AFP
21/04/2012 à 16:21
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
25/10/2014 à 9:21
24/10/2014 à 14:54
25/10/2014 à 13:00
25/10/2014 à 13:07
25/10/2014 à 11:40
25/10/2014 à 13:20
25/10/2014 à 13:06
25/10/2014 à 14:40
25/10/2014 à 13:20
25/10/2014 à 14:50
25/10/2014 à 14:45
25/10/2014 à 14:55
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>