Actualits : International Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Pakistan: pas d'expulsion de la famille Ben Laden avant quelques jours (avocat)
Les trois veuves d'Oussama Ben Laden et leurs enfants détenus au Pakistan ne devraient pas être expulsés en Arabie Saoudite avant au moins quelques jours, a annoncé vendredi à l'AFP leur avocat, Atif Ali Khan, sans dissiper la confusion sur les raisons de ce nouveau delai.
Trois épouses, huit enfants et un petit-enfant du chef d'Al-Qaïda, selon leurs avocats, sont détenus au Pakistan depuis le raid américain qui l'a tué le 2 mai dernier à Abbottabad, dans le nord du pays, où la famille vivait depuis cinq ans. Ils n'ont depuis fait aucune apparition publique.

Après dix mois de détention sans motif officiel, les trois veuves et deux filles les plus âgées avaient été condamnées par la justice pakistanaise à 45 jours de prison pour séjour illégal dans le pays -- peine qu'elles ont fini de purger mardi dernier à minuit -- et à être expulsées dans leurs pays d'origine.

Leurs avocats avaient espéré qu'elles soient expulsées dès mercredi vers l'Arabie Saoudite, d'où sont originaire deux des trois veuves, la dernière, une Yéménite, devant ensuite gagner son pays depuis l'Arabie.

Mais le processus traîne pour des raisons confuses, officiellement administratives, sans qu'on sache vraiment où se situe le blocage entre Islamabad et Ryad.

"Cela va prendre encore quelques jours, au mieux, pour finir le processus d'expulsion. L'affaire est entre les mains des autorités pakistanaises et saoudiennes, nous attendons de leurs nouvelles", a indiqué vendredi leur avocat.

Atif Ali Khan n'a pas semblé écarter une prolongation du séjour de la famille au Pakistan. "Je ne veux pas parler de semaines, car nous espérons que cela sera terminé d'ici quelques jours", a-t-il indiqué.

Islamabad et Ryad ont semblé ces derniers jours se renvoyer la balle sur le sujet. Plusieurs responsables pakistanais ont notamment évoqué la réticence de l'Arabie Saoudite à accueillir la famille du fondateur d'Al-Qaïda, que Ryad avait déchu de sa nationalité saoudienne en 1994 pour son soutien au terrorisme.

La détention prolongée et longtemps sans motif de la famille a nourri les interrogations sur l'attitude des autorités pakistanaises, soupçonnées de vouloir dissimuler des informations sur les dernières années de Ben Laden, et notamment s'il a bénéficié de complicités pour vivre pendant tant d'années dans le pays (entre 2002 et 2011 au minimum selon l'enquête de police) sans être inquiété.

"La famille détient peut-être des secrets embarrassants pour le gouvernement pakistanais. Tout cela ne facilite pas son départ", estimait vendredi l'analyste pakistanais et général à la retraite Talat Masood.

Des responsables pakistanais assurent de leur côté qu'Islamabad veut les expulser au plus vite pour tourner définitivement l'embarrassante page Ben Laden ouverte il y a près d'un an par le raid d'Abbottabad.

Lors de cette opération éclair, les forces spéciales américaines avaient tué Oussama Ben Laden, son fils Khaled, les deux Pakistanais chargés de veiller sur la famille et la femme d'un de ces derniers.

Les Américains avaient ensuite emmené le corps du chef d'Al-Qaïda, laissant au Pakistanais le soin de décider du sort de ses trois femmes et des enfants et du petit-enfant, un enfant de Khaled, qui vivaient reclus avec lui depuis cinq ans dans la maison d'Abbottabad, à quelques centaines de mètres de la principale académie militaire du Pakistan. Islamabad a toujours affirmé qu'elle n'était pas au courant de la présence de Ben Laden sur son sol avant le raid américain.



AFP
20/04/2012 11:02
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>