Actualités : Maghreb Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Le Roi Mohammed VI, dépositaire d'une légitimité historique garante du processus de réformes démocratiques (The National Interest)
Le Roi Mohammed VI est dépositaire d'une "légitimité historique" garante du processus de réformes démocratiques au Maroc, qui a culminé avec l'adoption d'une nouvelle Constitution et la tenue des élections législatives de novembre 2011, écrit le magazine américain +The National Interest+ dans sa dernière livraison.
"Le Roi Mohammed VI a présidé au processus qui a donné lieu à l'adoption de la nouvelle Loi fondamentale, qui a notamment consolidé les pouvoirs du chef du gouvernement", souligne la publication, en faisant observer que la démarche de réforme démocratique initiée par le Souverain se distingue dans la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA) en cette conjoncture marquée par le +Printemps arabe+.

Mettant en avant l'histoire "exceptionnelle" de la monarchie marocaine, le magazine, spécialisé dans les questions de politique étrangère et de sécurité nationale US, rappelle que "feu SM Mohammed V a mené la lutte pour l'indépendance du Maroc et que feu SM Hassan II a édifié le Maroc moderne avec l'émergence notamment d'une opposition civile et de syndicats".

"Le Roi Mohammed VI a depuis son accession au trône oeuvré notamment à la consolidation des acquis de la société civile et à la promotion des droits de la femme et des différentes dimensions de l'identité marocaine", souligne l'auteur de l'éditorial, Ahmed Charai, membre du conseil d'administration du think-tank US, Center for Strategic and International Studies (CSIS).

Revenant sur la victoire du Parti Justice et Développement (PJD) au dernier scrutin législatif, +The National Interest+ fait le distinguo, à ce sujet, entre les expériences égyptienne, tunisienne et libyenne où les partis islamistes ont émergé après des années de lutte et le Maroc, qui a procédé à une intégration graduelle des formations islamistes modérées dans le paysage politique.

Et de souligner que l'institution de la Commanderie des croyants constitue un facteur stabilisateur au Maroc dans la mesure où elle est garante d'une interprétation modérée de l'Islam et de la promotion de la culture de tolérance et du consensus.

Le magazine conclut que "dans une partie du monde où les forces anti-démocratiques déploient argent et armes pour miner les processus de réformes démocratiques, le Maroc va de l'avant sous la conduite d'un Roi réformateur pour devenir un modèle pour toute la région".







MAP
13/04/2012 à 14:12
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>