Actualits : Sciences Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
La chirurgie au secours des obses diabtiques (tudes)
La chirurgie bariatrique, qui consiste à restreindre l'absorption de nourriture, serait plus efficace que les traitements traditionnels pour contrôler le diabète chez les personnes obèses, selon deux études publiées lundi.

L'une de ces études, baptisée "STAMPEDE", a été présentée lors de la conférence annuelle de l'American College of Cardiology réunie depuis samedi à Chicago (Illinois, nord).

Selon les auteurs de cet essai clinique, la chirurgie bariatrique ou métabolique donne de "bien meilleurs résultats" qu'un traitement médical intensif seul quand il s'agit de "gérer" un diabète adulte (type 2), incontrôlable chez des sujets obèses.

La seconde étude a été conduite auprès de 60 diabétiques souffrant de surpoids ou d'obésité et âgés de 30 à 60 ans.

Les résultats de ces deux essais cliniques ont été publiés simultanément dans la version en ligne du New England Journal of Medicine.

L'étude "STAMPEDE" a porté sur 150 patients, dont 66% de femmes, d'un âge médian de 49 ans souffrant tous d'obésité à des degrés divers.

Les patients ont été répartis au hasard en trois groupes.

Le premier a été soumis à une thérapie médicale intensive pour tenter de contrôler le diabète, combinant exercice, régime alimentaire et médicaments.

Le second groupe a fait l'objet d'une thérapie antidiabétique. Les participants ont subi un pontage gastrique consistant à réduire l'estomac à 2 ou 3% de son volume initial et à créer une dérivation dans le tube digestif afin de diminuer l'absorption des aliments par l'intestin.

Enfin, le troisième groupe a, en plus du traitement médicamenteux, été soumis à une gastrectomie, une ablation de l'estomac pour en réduire le volume de 75 à 80%.

Un an après, les participants ayant subi l'une ou l'autre des interventions bariatriques étaient entre trois à quatre fois plus nombreux à pouvoir contrôler leur diabète que ceux du groupe témoin.

Chez ces derniers, seuls 12,2% sont parvenus à bout de leur diabète, contre 42% chez ceux ayant eu un pontage gastrique et 36,7% dans le groupe soumis à une gastrectomie.

De surcroît, les patients de ces deux derniers groupes ont perdu beaucoup plus de poids et réduit considérablement leur dépendance aux antidiabétiques.

"L'amélioration chez ceux ayant subi une des deux chirurgies bariatriques a été tellement rapide qu'un grand nombre de patients a pu arrêter de prendre des antidiabétiques avant même de quitter l'hôpital", s'est félicité le Dr Philip Schauer, professeur de chirurgie à la Cleveland Clinic, qui a mené cet essai clinique, tout en soulignant que le diabète est un important facteur de risque cardiovasculaire.

Pour la seconde étude clinique, menée par le Dr Geltrude Mingrone de l'Université Catholique de Rome, les 60 participants ont été divisés en trois groupes, dont un a été soumis à une thérapie anti-diabiétique seule et les deux autres ont subi en plus l'une ou l'autre des procédures chirurgicales.

Deux ans après, aucune rémission du diabète n'a été constatée dans le groupe témoin. En revanche, 75% de ceux ayant subi un pontage gastrique et 95% soumis à l'autre procédure sont venus à bout de leur diabète.



AFP
30/03/2012 08:05
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>