Actualits : Divers Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Des attentats font 49 morts neuf jours du sommet arabe de Bagdad
Reuters  
Les Etats-Unis ont condamné les attentats estimant qu'il s'agissait d'une tentative évidente de saper les progrès effectués par les Irakiens.
Une série d'attentats coordonnés en Irak a fait au moins 49 morts mardi, jour du 9e anniversaire de l'invasion américaine, jetant une ombre sur les préparatifs du sommet de la Ligue arabe prévu à la fin du mois à Bagdad.

Les attaques, qui ont fait plus de 250 blessés, n'ont pas encore été revendiquées mais portent, selon un général irakien, la marque d'Al-Qaïda. Les plus meurtrières se sont produites dans la ville sainte chiite de Kerbala (110 km au sud de Bagdad) et à Kirkouk (240 km au nord de Bagdad).

A Kerbala, deux bombes ont explosé à l'entrée de la ville, a indiqué le porte-parole des services de santé de la province, Jamal Mehdi. Le bilan est de 13 morts, dont 5 pèlerins iraniens, et 30 blessés.

A Kirkouk , une voiture piégée a explosé près d'un bâtiment de police, faisant 13 morts, tous des policiers, et 50 blessés. Selon le chef de la police de Kirkouk, le major général Taher Baker, le véhicule était conduit par un kamikaze. "C'est Al-Qaïda qui a fait ça car la

plupart de leurs chefs ont été arrêtés" récemment, a-t-il estimé. "C'était une énorme explosion, il y avait du verre et de la fumée partout", a déclaré Najat Zein al-Abidine, un habitant.

Deux voitures piégées ont également explosé à Bagdad, dont l'une dans un parking proche du ministère des Affaires étrangères, qui a fait au moins trois morts et quatre blessés, ont indiqué deux sources officielles sous couvert de l'anonymat. Un journaliste de l'AFP a vu sur place des traces de sang et des voitures détruites, mais a été empêché de filmer la scène.

L'autre voiture piégée, conduite par un kamikaze, a explosé dans le centre-ville, faisant quatre morts et huit blessés.

Trois policiers ont par ailleurs été tués par des inconnus munis d'armes à silencieux devant l'église orthodoxe Saint-Thomas dans l'ouest de Bagdad. D'autres attentats ont frappé Hilla (centre), Ramadi (ouest), la province de Salaheddine (nord): au total 18 villes ont été affectées par ces attaques, dont la plupart ont eu lieu entre 04H00 et 06H00 GMT.

Un membre de la minorité shabak, une secte ésotérique issue du chiisme, a par ailleurs été tué par des hommes armés à Mossoul (nord), selon la police.

Ces violences sont les plus meurtrières depuis le 14 janvier, quand 53 personnes avait été tuées près de Bassora (sud) dans un attentat suicide contre des pèlerins chiites.

Elles interviennent le jour du 9e anniversaire de l'invasion américaine et à neuf jours d'un sommet de la Ligue arabe à Bagdad.

Les autorités espèrent accueillir lors de ce sommet, le premier en Irak depuis 1990, plusieurs chefs d'Etat et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Elles avaient prévenu qu'Al-Qaïda allait tenter de "semer le chaos" à cette occasion. Des mesures exceptionnelles ont été mises en oeuvre et des milliers d'hommes mobilisés pour assurer la sécurité de la rencontre.

Le porte-parole du gouvernement, Ali al-Dabbagh, a annoncé après les attentats que la période du 25 mars au 1er avril serait fériée en Irak, espérant ainsi limiter les encombrements et faciliter la tenue du sommet.

Le président du Parlement Ossama al-Noujaifi a dénoncé une tentative de faire échouer le sommet et de "maintenir l'Irak dans la violence". Les Etats-Unis ont condamné les attentats, estimant qu'il s'agissait d'une tentative de la part d'extrémistes de saper les progrès effectués par les Irakiens.

L'envoyé spécial des Nations unies en Irak, Martin Kobler, a fustigé "des crimes atroces" et demandé aux Irakiens de "rester fermes face à ces tentatives de fragiliser un Irak stable et pacifique". La Syrie y a vu elle la même "main meurtrière" que celle derrière les récents attentats à Damas et à Alep (nord).

Les violences en Irak ont nettement diminué ces dernières années après le pic atteint en 2006 et 2007, mais n'ont jamais cessé. Selon les chiffres officiels, 150 personnes ont été tuées en février, après 151 en janvier.

Medi1.com avec agences
20/03/2012 18:56
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>