Actualits : Zoom Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Tu finis ton assiette ou tu paies une amende ?
Le proverbe «Ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre» prend une nouvelle signification en Arabie saoudite alors qu’un restaurant de la ville de Dammam a décidé de faire payer une amende à ceux qui ne finiraient pas leurs assiettes, rapporte le site Gulf News.
Pour le propriétaire du restaurant Fahad Al-Anezi, cette mesure radicale vise à «réduire le gâchis alimentaire et l’extravagance des commandes». «Il y a beaucoup de clients qui passent de larges commandes pour impressionner les gens autour d’eux et stimuler leur prestige social», ajoute-t-il.

Le montant de l’amende est déterminé proportionnellement aux restes laissés. Soulignant que la mesure avait été bien accueillie par l’ensemble de ses clients, Fahad Al-Anezi ne semble pas motivé par l’appât du gain. «Nous voulons simplement encourager nos clients à rationaliser leurs dépenses alimentaires alors que la famine sévit en Afrique… Nous avons pris cette décision après avoir remarqué que des cliens commandaient plus de nourriture qu’ils n’en avaient besoin», dit-il au site émirati Emirates 24/7.

Fahad Al-Anezi n’est pas le premier restaurateur à ne pas supporter que ses clients ne finissent pas leurs assiettes. En juillet, un restaurateur suédois s’était énervé quand des clients, qui avaient payé pour une formule buffet à volonté, avaient réclamé un dessert alors qu’ils n’avaient consommé que la moitié de leurs plats principaux. Ils avaient été conduits à quitter le restaurant. «Je ne me soucie guère qu’ils aient une ou dix assiettes mais j’attends d’eux de manger toute la nourriture prise et de ne pas la gâcher. Vous pouvez vous asseoir ici toute la journée, mais ne jetez pas la nourriture», avait estimé Henrik Cui, rapporte le site britannique Metro.

Le site Kipp Report pèse le pour et le contre d’une amende. D’un côté, cela pourrait avoir un impact positif sur la quantité de nourriture –en excès dans certains restaurants– et la crainte d’une amende pourrait nous faire réfléchir sur nos habitudes alimentaires. D’un autre côté, la mesure, difficilement applicable sur le plan national, pourrait avoir un effet économique négatif sur les recettes du restaurant, privé d’une partie de sa clientèle effrayée à l’idée d’avoir à finir son assiette à la miette près ou à réfléchir à deux fois avant de tenter un nouveau plat qu’ils n’apprécieraient pas.



Saida El moussadak
20/03/2012 14:23
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26   >>