Actualits : Economie Imprimer cet article S'abonner au flux rss de cette rubrique Agrandir la taille de la policeReduire la taille de la police
Grce: lancement de l'opration d'effacement de dette prive
La Grèce a officiellement lancé vendredi l'offre d'échange des obligations détenues par les créanciers privés du pays pour parvenir à effacer 107 milliards d'euros de dette, a indiqué une source gouvernementale à l'AFP.

Un document publié peu avant 17h30 sur un site spécialement créé à l'en-tête du ministère des Finances et de l'Organisme de la dette grecque (Pdma) "constitue l'offre officielle", selon cette source.

L'opération, d'une ampleur financière inédite, doit permettre d'effacer 53,5% de la dette grecque détenue par des créanciers privés (banques, sociétés d'assurance ou fonds d'investissement) et d'éviter au pays la faillite.

"Les titres invités à participer au PSI (Private Sector Involvement, ndlr) représentent une valeur totale d'environ 206 milliards d'euros", précise ce document.

Il stipule également que si un seuil total de participation d'"au moins 75%" des détenteurs de titres, en valeur, n'est pas atteint, "la République (hellénique,ndlr) ne procèdera pas" à cette opération.

Conformément à la législation approuvée cette semaine par les parlementaires grecs sur les clauses d'action collective, l'échange sera rendu obligatoire pour 100% des obligations de droit grec "si un quorum de participation d'au moins deux-tiers" est atteint.

Les titres éligibles à la procédure d'échange vont du 20 mars prochain, date à laquelle le pays risque la faillité en raison d'obligations d'une valeur de 14,5 milliards d'euros arrivant à échéance, à juillet 2057.

Les taux d'intérêt des nouvelles obligations seront de 2% pour les titres arrivant à échéance entre 2013 et 2015, 3% entre 2016 et 2020, 3,65% pour les échéances de 2021 et 4,3% pour ceux à partir de 2022 et au-delà.

La procédure n'est pas ouverte aux créanciers privés américains, qui seront invités à participer à "une autre offre publique d'échange".

Les modalités du PSI ont été finalisées par les ministres des Finances de la zone euro lors d'une réunion à Bruxelles dans la nuit de lundi à mardi.

Le parlement grec a voté jeudi la loi permettant sa mise en oeuvre et le gouvernement a entrepris "un effort titanesque" pour mettre sur orbite dès vendredi cette procédure hors norme, avait expliqué dans la matinée le Premier ministre Lucas Papademos.

Le suspense réside désormais dans la proportion de créanciers privés détenteurs d'obligations grecques qui vont accepter une décote de 53,5% sur les titres qu'ils détiennent et qui représentera une perte finale dépassant 70% de leur valeur initiale.

Le gouvernement grec table sur une participation importante compte tenu du fait que les banques grecques détiennent la majorité des titres alors que les banques étrangères se sont débarrassées d'une grande partie des obligations grecques depuis le début de la crise de la dette grecque en 2010.

Les candidats volontaires pour l'échange de dette ont jusqu'au 9 mars pour se faire connaître et "l'opération elle-même devrait se dérouler d'ici le 12 mars pour les obligations de droit grec et les 5 et 6 avril pour celles du droit anglais et japonais", avait précisé au parlement le ministre des Finances Evangélos Vénizélos.

Cette restructuration de dette constitue l'un des deux volets du plan de sauvetage record de la Grèce, le deuxième étant un prêt de 130 milliards d'euros sur trois ans qui vient s'ajouter à celui de 110 milliards d'euros accordé par la zone euro et le FMI en 2010 et dont une partie a été déjà versée.



AFP
24/02/2012 19:24
    Partage sur Facebook Partager        
Lire aussi
24/04/2014 08:21
04/04/2014 21:01
23/04/2014 06:00
22/04/2014 10:00
21/04/2014 06:00
19/04/2014 09:23
18/04/2014 09:00
17/04/2014 08:28
16/04/2014 06:00
15/04/2014 09:21
14/04/2014 06:00
13/04/2014 10:00
Page : <<   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27   >>