العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

COP 23, le bilan: le plus dur reste à faire

COP 23, le bilan: le plus dur reste à faire

La Conférence internationale des Nations unies sur le climat s'est refermée le 17 novembre dans la ville allemande de Bonn dans une ambiance maussade.

Deux ans après la signature de l'accord de Paris, l'état des lieux dressé dans de nombreux rapports scientifiques ne laisse guère de doute: le réchauffement climatique est déjà bien engagé, les émissions de gaz à effet de serre ne baissent pas assez (elles ont même augmenté en 2017) et la vie sur Terre risque de devenir insupportable dans certaines régions  du globe si davantage d'efforts ne sont pas consentis. C'est dans ce contexte inquiétant, auquel s'ajoute le retrait américain, que s'est déroulée la COP 23, organisée du 6 au 17 novembre dernier dans la ville de Bonn, sous la présidence des îles Fidji. 

Avant de se quitter, les Etats signataires de l'accord de Paris se sont donné un an pour évaluer leurs efforts respectifs. Il faudra ensuite décider des mesures supplémentaires à prendre pour atteindre l'objectif d'un réchauffement en dessous de la barre des 2 degrés Celcius d'ici la fin du siècle. Un défi colossal, loin d'être gagné, mais qui reste à la portée de la communauté internationale selon l'incorrigible optimiste Gilles Berhault, conseiller spécial de la MedCop Climat. 

يتبع

إضافة تعليق