العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Tunisie: l'UE va débloquer immédiatement 17 M d'euros, conférence en mars

Tunisie: l

L'UE va débloquer immédiatement 17 M d'euros pour aider le gouvernement tunisien de transition et soutenir l'organisation en mars à Carthage d'une conférence internationale sur les réformes politiques et économiques, a déclaré lundi à Tunis la chef de la diplomatie européenne....

«Nous allons immédiatement débloquer 17 millions d'euros pour aider le gouvernement. Mais il y aura 258 millions d'euros de l'UE d'ici 2013», a dit la Britannique Catherine Ashton en visite de quelques heures dans la capitale tunisienne.
«J'ai eu des discussions avec la Banque européenne d'investissement (BEI) pour mobiliser un milliard d'euros pour aider à impulser les projets des petites et moyennes entreprises et des projets d'infrastructure», a-t-elle ajouté.
L'UE avait déjà prévu de longue date de verser, d'ici 2013, 240 millions d'euros à la Tunisie dans le cadre de «l'instrument de voisinage» sur la période 2011-2013.
Entre 2007 et 2010, la Tunisie avait déjà touché 300 millions d'euros au titre du même «instrument» financier. L'aide concerne principalement les secteurs sociaux (santé, éducation), la gouvernance et les droits de l'Homme ainsi que le soutien au secteur économique et environnement.
L'Union accorde actuellement à la Tunisie entre 80 et 90 millions d'euros par an en aides non remboursables. La BEI avait octroyé en 2010 un prêt de 500 millions d'euros pour les infrastructures.
Mme Ashton a par ailleurs indiqué que le Premier ministre tunisien Mohamed Ghannouchi organiserait en mars à Carthage (banlieue nord de Tunis) une conférence internationale sur les réformes politiques et économiques avec l'aide de l'Union européenne.
«L'UE aidera activement à l'organisation de la conférence internationale que les Tunisiens souhaitent organiser en mars», a-t-elle dit.
La chancelière allemande Angela Merkel a indiqué la semaine dernière que son gouvernement était «prêt à participer à une conférence bien préparée». La France avait dit qu'elle y prendrait «naturellement toute sa part».
Mme Ashton a également espéré une ratification du «statut avancé» de la Tunisie auprès de l'UE après les élections présidentielle et législatives prévues dans six mois.
«Nous allons entamer la discussion du statut avancé avec les autorités de transition et nous espérons qu'il sera prêt à être ratifié par le gouvernement issu des élections», a-t-elle dit.
L'UE avait entamé en mai 2010, avec le régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, des négociations en vue d'accorder à la Tunisie un statut avancé, ouvrant la voie à un traitement douanier préférentiel pour les échanges et à une libéralisation en matière de visas. Mais elles n'avaient pas fait de progrès sensibles depuis leur ouverture. Le Maroc en bénéficie déjà.

إضافة تعليق

انظر أيضا