العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Tron l'héritage: bienvenue dans un monde virtuel

Tron l

"Tron" avait fait sensation lors de sa sortie en 1982 par son aspect novateur dans l'utilisation d'images de synthèse. Vingt-huit ans plus tard, Joseph Kosinski réalise la suite de ce film en utilisant les dernières avancées technologiques pour plonger le spectateur dans un univers virtuel de jeux vidéo. Et si l'histoire manque d'originalité, le résultat, au niveau visuel, est impressionnant. ...

"Tron: l'héritage", qui sort ce mercredi sur les écrans français, en 3D, commence dans notre monde.
Sam Flynn (Garrett Hedlund) est un jeune homme de 27 ans rebelle et débrouillard dont le père, Kevin Flynn (Jeff Bridges), est un génial créateur de jeux vidéo. Mais il y a vingt ans, celui-ci a disparu mystérieusement.
Alerté par un étrange message, Sam se retrouve dans l'ancien atelier de Kevin où "l'incroyable" va se produire: il entre dans la Grille, un monde numérique créé par son père.
Le jeune homme se retrouve alors confronté à de nombreux dangers, et doit subir différentes épreuves.
Il découvre que le maître de cet univers n'est autre que Clu, le clone de Kevin jeune, et que son vrai père pourrait bien se trouver prisonnier dans ce monde qu'il a lui-même façonné...
En 1982, "Tron", produit par les studios Disney, avait épaté les spectateurs par son esthétique. Il avait été écrit et réalisé par Steve Lisberger, qui était alors un pionnier dans l'utilisation d'images de synthèse.
Ce deuxième volet, dont il est un des producteurs, va beaucoup plus loin,
avec notamment l'utilisation d'une nouvelle caméra, et un procédé 3D qui combine plusieurs techniques.
"Tron: l'héritage" est réalisé par Joseph Kosinski, dont c'est le premier long-métrage, mais qui a fait ses preuves en tournant des spots publicitaires, notamment pour des jeux vidéo.
Le film a été tourné à Vancouver, essentiellement en studio, mais quelques scènes ont aussi été réalisées dans cette ville de l'Ouest canadien.
Jeff Bridges, récompensé l'an dernier comme meilleur acteur aux Oscars pour son rôle dans "Crazy Heart" (et bientôt à l'affiche de "True Grit" des frères Coen), jouait déjà dans le premier "Tron". Cette fois, il incarne la bagatelle de deux personnages. Grâce à une véritable prouesse technologique, on découvre ainsi un Jeff Bridges plus jeune (avec trucage), et un Jeff Bridges tel qu'il est aujourd'hui. "C'est le premier film dans lequel un acteur donne la réplique à une version plus jeune de lui-même", souligne Sean Bailey, un des producteurs du film.
"Tron: l'héritage" est très abouti au niveau de l'utilisation de la 3D, ce qui est loin d'être le cas pour tous les films réalisés grâce à cette technologie, mis à part la réussite d'"Avatar".

إضافة تعليق

انظر أيضا