العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Situation en Libye : les étrangers autorisés à transiter par l'Algérie pour regagner leurs pays (ministre)

Situation en Libye : les étrangers autorisés à transiter par l

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, a indiqué mercredi que l'Algérie a autorisé des étrangers, dans l'impossibilité de quitter la Libye par voie aérienne, à transiter par ses frontières pour regagner leurs pays d'origine....

«Des personnes étrangères, ne pouvant pas quitter le territoire libyen par voie aérienne, se présentent à nos frontières pour demander à transiter par l'Algérie pour pouvoir regagner leurs pays d'origine et nous les autorisons», a déclaré M. Ould Kablia dans un entretien à la chaîne de télévision «France 24».
A propos de la contestation populaire en Libye, le ministre a estimé que «le peuple libyen a toute la liberté pour apprécier la manière dont il est gouverné».
Il a, dans ce contexte, relevé que les changements induits par les évènements ayant secoué certains pays arabes, «ne seront positifs que s'ils traduisent une situation qui soit au bénéfice des populations».
Il a, dans ce cadre, dénoncé l'ingérence, même indirecte, de certains pays occidentaux dans les affaires internes de ces pays.
A la question de savoir si cette situation pourrait se produire en Algérie, il a affirmé que «c'est plus difficile parce que les Algériens ont un sentiment nationaliste beaucoup plus développé», ajoutant que «la chose à ne pas faire avec les Algériens, c'est de vouloir leur dicter leur conduite».
Concernant la position de la France, en tant qu'Etat, par rapport aux évènements vécus en Algérie, il a indiqué qu'elle «a fait preuve jusqu'à présent de réserve et de retenue, contrairement aux médias français».
«Je pense que si le gouvernement français n'a pas pris de position claire, c'est qu'il connaît mieux ce qui se passe en Algérie», a-t-il dit.
Abordant la situation dans la région du Sahel, M. Ould Kablia a souligné que l'Algérie «est responsable de ce qui se passe chez elle». «Jamais l'Algérie ne s'autoriserait à mener des actions hors de ses frontières. C'est-là un de nos principes», a-t-il insisté.
Le ministre a reconnu, cependant, que la coopération régionale en matière de lutte opérationnelle contre le terrorisme dans le Sahel «marche mal», expliquant cette situation par les «moyens disproportionnés» dont dispose chaque pays de la région.

إضافة تعليق

انظر أيضا