العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Muammar Kadhafi ''je suis le chef de la révolution et je resterai jusqu'à la fin des temps''

Muammar Kadhafi

Le chef d'état affirme qu'il ne quittera pas le pouvoir alors que la Libye est plongée en plein chaos. ...

Muammar Kadhafi a pris la parole cet après midi à la télévision libyenne. Un discours enflammé de plus d'une heure, souvent incohérent et ponctué de vociférations.
Le dirigeant lybien s'est voulu totalement autiste à l'insurrection qui veut le balayer, "je suis le chef de la révolution et je le resterai jusqu'à la fin" a t-il déclaré. Il a traité les manifestants de "rats et de mercenaires" et promet la mort à ceux qui seront pris les armes à la main.
Il a par ailleurs menacé de nettoyer la Libye "maison par maison" et ordonne à l'armée et la police de rétablir l'ordre pour la première fois. Il demande enfin à ses partisans de le soutenir dans la rue demain mercredi.
La télévision officielle a montré les partisans de Muammar kadhafi avant et après le discours. Ils étaient visiblement peu nombreux à s'être rassemblés à Tripoli.
Pendant ce temps, la Libye continue de basculer.  Des régions entières échappent au contrôle du clan Kadhafi mais le carnage continue.
A Tripoli, des manifestants parlent même de massacre. Hier soir selon des témoins de violents affrontements ont eu lieu dans des quartiers de la banlieue Est. Ils ont été bombardés et mitraillés à l’aveuglette par l’armée. Des habitants parlent également de mercenaires venus du Tchad ou du Nigeria. Et le comité international de la Croix rouge dit avoir reçu de nombreux appels de détresse, et propose une aide humanitaire d’urgence. Ces massacres ont été démentis par la télévision d’état.
Cet après-midi, des habitants de Tripoli armés de gourdins tenaient des barrages et filtraient les entrées de ces quartiers où toujours selon des témoins des impacts de balles étaient visibles sur les murs.
Le calme semble être revenu en revanche dans l’est de la Libye, désormais aux mains des manifestants après des défections de l’armée. Après Benghazi et al Baïda, des soldats de Tobrouk, annoncent que leur région n’est plus sous le contrôle du régime de Kadhafi. Mais à Benghazi, d’où est partie la révolte, les habitants disent redouter des raids aériens. Selon le chef de la diplomatie égyptienne, les pistes de l’aéroport auraient déjà été bombardées.
A l’heure actuelle, il est toujours difficile d’avoir des informations très précises sur la situation en Libye, les communications avec le pays sont toujours très compliquées.
Du côté des réactions internationales Navi Pillay, la haute commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, demande l’ouverture d’une enquête internationale sur la répression sanglante de la contestation. Les attaques systématiques et à grande échelle visant la population civile pourraient constituer des « crimes contre l’humanité », a-t-elle souligné.
La Maison blanche, plutôt discrète jusqu’à présent, a dénoncé aujourd’hui « la violence affligeante » exercée contre les manifestants. Washington a également présenté ses condoléances aux familles des victimes.
Les Européens, eux, restent très divisés sur l’attitude à adopter. La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton déplore « tous les actes de violence » et appelle tous les Libyens « à la retenue ".  
De son côté, Angela Merkel juge « effrayant » le discours du colonel Kadhafi,  la chancelière allemande exige l’arrêt des violences.
La Ligue arabe, elle, prend la décision de suspendre la Libye de ses réunions.
Des condamnations également au Maghreb: La Tunisie demande à la Libye « l’arrêt immédiat de l’usage de la force contre des civils innocents ", lle parti au pouvoir en Mauritanie condamne « les massacres odieux » perpétrés par le pouvoir en Libye contre des populations « sans défense ». Et le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci a exprimé la préoccupation de son pays face aux événements qui se déroulent en Libye.


إضافة تعليق

انظر أيضا