العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Migrants: Angela Merkel met la pression sur Tunis

DR

Angela Merkel a rencontré ce mardi son homologue tunisien Youssef Chahed à Berlin. Face à un Premier ministre récalcitrant, la chancelière allemande a insisté sur l'expulsion des demandeurs d'asile déboutés. Le Premier ministre tunisien dans un entretien au journal Bild, avait rejeté en bloc les demandes de l'Allemagne qui reproche à Tunis de freiner ces expulsions (1.000 à 1.500 dossiers).

Le Premier ministre Tunisien Youssef Chahed entame ce mardi 14 février une visite de deux jours à Berlin. L'occasion pour le Premier ministre et la Chancelière Angela Merkel de revenir sur les expulsions des migrants d'Allemagne. Lors d'une conférence de presse, Angela Merkel a insisté sur l'expulsion des demandeurs d'asile déboutés. 

"L'an dernier, selon mes données, 116 ressortissants tunisiens ont quitté l'Allemagne", a déclaré la chancelière. "Ce n'est pas encore assez rapide et nous discutons de comment on peut améliorer ce processus et comment le faire sans difficulté" a-t-elle ajouté. 

Avant même de rencontre Angela Merkel, le Premier ministre tunisien a rejeté en bloc les accusations de Berlin concernant le manque de coopération en matière migratoire de Tunis.

La Tunisie est accusée par les autorités allemandes d'avoir bloqué en 2016 le rapatriement d'Anis Amri, le terroriste qui a foncé sur la foule lors du marché de Noël berlinois le 19 décembre dernier. Lors d'une interview accordée au journal allemand Blind, Chahed a déclaré que "les autorités tunisiennes n'ont fait aucune erreur", rejetant la faute sur l'Allemagne:  "Nous attendons des autorités allemandes des preuves limpides que la personne est vraiment tunisienne. Les migrants clandestins utilisent de faux papiers et ralentissent la procédure", a-t-il déclaré. 

Youssef Chaed a refusé d'accueillir les migrants sauvés au cours de leur traversée de la Méditerranée depuis la Libye et empêcher ainsi leur arrivée en Europe.  

À l'issue de son entretien avec Angela Merkel, le Premier ministre tunisien s'est contenté d'appeler à "mieux" se coordonner. Selon un rapport des Nations-Unies, la Tunisie est considérée comme l'une des principales terres de recrutement pour ces groupes, dont Daesh. 

A Berlin, la correspondance de David Philippot:  00:01:13

 

 

 

 

 

 

 

 

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا