العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Madrid et la FIFA appellent à trouver une solution "le plus tôt possible" à la situation "exceptionnelle" de la Fédération espagnole de football

Madrid et la FIFA appellent à trouver une solution "le plus tôt possible" à la situation "exceptionnelle" de la Fédération espagnole de football

Le gouvernement espagnol et la FIFA ont souligné, lundi lors d'une réunion à Madrid, la nécessité de trouver une solution "le plus tôt possible" à la situation "exceptionnelle" que vit la Fédération royale espagnole de football (RFEF), après l’éviction l’année dernière du président de cette institution, Angel Maria Villar, impliqué dans une affaire de corruption.

Dans ce cadre, le ministre espagnol de l’Education, de la culture et du sport, Íñigo Méndez de Vigo, et le président du Conseil supérieur espagnol des sports, José Ramon Lete, ont reçu la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, pour l’informer de la situation en cours à la RFEF, en présence du président de la commission de gestion de cette fédération, Juan Luis Larrea, indique le ministère dans un communiqué. 
Les participants à cette réunion "se sont accordés sur la nécessité de résoudre, le plus tôt possible et par les voies légales établies, la situation exceptionnelle dans laquelle se trouve la RFEF, en vue de sauvegarder l’intérêt du football espagnol et assurer le respect des normes, de la transparence et de la bonne gouvernance", rapporte le communiqué. 
Durant cette rencontre, qui s’est déroulée dans un climat "de pleine collaboration", les participants ont également salué le travail mené par la RFEF, qui "garantit la normalité totale dans le football espagnol", souligne la même source. 
La RFEF avait annoncé en décembre dernier l’intérêt de la FIFA pour connaitre sa situation après les évènements qui ont affecté la direction de la fédération l’été dernier suite à l’arrestation d’?ngel Mar?a Villar, dans le cadre d’une instruction menée sous l’autorité de l’Audience nationale, et qui a été suivie par la suspension puis la destitution de ce responsable. 
La FIFA avait mis en garde la RFEF contre toute ingérence politique, un avertissement pouvant entraîner selon la presse une éventuelle suspension de la Roja pour le Mondial-2018.  
Les statuts de la FIFA stipulent que chaque fédération membre doit gérer ses affaires de manière indépendante, sans aucune ingérence d’autres parties. 
Selon M. Lete, cité par la presse, la FIFA a seulement sollicité une réunion à titre informatif, alors que M. Larrea s’est dit "convaincu qu'il n'y a pas de danger" sur la participation de la Roja à la Coupe du monde. 
La RFEF est dans l'attente de convoquer de nouvelles élections, après que Villar, son président durant 29 ans, a été formellement destitué le vendredi 22 décembre de ses fonctions par le Tribunal administratif du sport (TAD).

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا