العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Macron réaffirme l'engagement de la France à soutenir la Tunisie

Macron réaffirme l

DR

Le président français, Emmanuel Macron, a réaffirmé, mercredi à Tunis, l’"engagement résolu" à soutenir les efforts de la Tunisie pour la promotion de la jeunesse, la relance de l’économie et l’instauration de la démocratie.

"C'est une étape fondamentale qui se joue ici. La Tunisie défend les valeurs démocratiques qui sont les siennes", a estimé le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue tunisien, Béji Caïd Essebsi, à l’issue d’une séance de travail au palais de Carthage.

Tout en rendant hommage "au travail de transformation profonde" qui s’opère dans le pays, il a souligné que "nous sommes dans un moment important de la vie de la Tunisie qui représente un vrai modèle de transition et dotée d’une Constitution +exemplaire+".   "Je le dis très clairement : la réussite de la Tunisie défendant les valeurs qui sont les siennes, démocratiques, de liberté de conscience, d'égalité entre les hommes et les femmes, c'est aussi notre bataille", a-t-il poursuivi.  

Macron a souligné la disposition de son pays à accompagner la jeunesse tunisienne sur la voie de la réussite, annonçant la création d’un fonds de 50 millions d’euros sur la période 2020-2022 destiné aux jeunes entrepreneurs désirant s’installer à leur propre compte, ainsi qu’une université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée en 2020 qui délivrera à Tunis des diplômes français.  

Le président français a également fait état de l’ouverture d’une ligne de crédit de 100 millions d’euros pour la réforme des entreprises publiques tunisiennes et de la conversion de 30 millions d’euros de dettes en projets de développement, notamment dans les secteurs de la santé et de l’enseignement supérieur. "Quelque 60 millions d’euro de dettes tunisiennes ont déjà été convertis en janvier 2016 en projet de développement", a-t-il rappelé, estimant que Paris, déjà premier partenaire économique de la Tunisie, pouvait "faire davantage".  

 Pour sa part, le président tunisien a qualifié d’ "excellentes" les relations tuniso-françaises, se réjouissant de l’appui soutenu de la France aux efforts de la diplomatie tunisienne pour retirer la Tunisie de la liste noire des pays considérés comme paradis fiscaux.  Il a également fait état d’une convergence de vues entre la Tunisie et la France autour des dossiers d’intérêt commun, citant particulièrement la crise en Libye qui, selon lui, "doit être résolue par le dialogue loin de toute ingérence étrangère".  

"La Tunisie et la France partagent aussi la même position quant au droit des palestiniens à instaurer un Etat indépendant", a-t-il ajouté.   Il a par ailleurs indiqué que "la Tunisie est un pays démocratique", relevant toutefois que "ces casseurs, on les poursuit parce que nous avons des acquis à défendre mais je vous garantis qu'il n'y a pas une seule arrestation sans l'avis du procureur de la République".    

"Je ne vais pas dire que notre justice est la meilleure du monde, mais elle fonctionne", a-t-il ajouté. "Il n'y a pas de débordements sauvages, il y a un pays qui essaie de fonctionner, qui essaie de mettre en place une démocratie, ce n'est pas du tout facile dans la région à laquelle nous appartenons".   En signe de soutien au processus démocratique, le chef de l'Etat français, arrivé mercredi pour une visite d’Etat de deux jours en Tunisie, devra s'adresser jeudi aux députés à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) et rencontrer plusieurs responsables de la société civile.

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا