العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Libye : la contestation se rapproche de Tripoli

Libye : la contestation se rapproche de Tripoli

Les hommes de Mouammar Kadhafi contrôlent encore la situation, mais pour combien de temps ? Après les grandes villes de la côte est, l'opposition affirme ce soir avoir fait tomber l'une des grandes localités de l'ouest : Misratah....

La ville de Misratah, à 200 km à l’est de Tripoli, serait tombée aujourd’hui aux mains des opposants, après plusieurs jours de combats contre les partisans du régime.
Plus proche encore de la capitale, la ville portuaire de Zouara, près de la Tunisie, serait, elle aussi, désormais contrôlée par les insurgés, après une fraternisation entre soldats et manifestants.
Des informations à prendre, toutefois avec précaution, car aucun journaliste n’est présent sur place pour vérifier les témoignages.
En revanche, à l’autre bout du pays, sur la côte est, les premiers reporters étrangers arrivés sur place, via la frontière égyptienne, confirment que les villes de Benghazi, Al Bayda, Derna ou encore Tobrouk échappent désormais à toute autorité du régime Khadafi.
« Bienvenue dans la nouvelle Libye », proclame ainsi un graffiti au poste frontalier, désormais contrôlé par des comités citoyens mis sur pied par les chefs tribaux de la région.
En résumé, l’opposition semble ce soir gagner du terrain, et plusieurs sources affirment que les insurgés pourraient marcher vendredi sur la capitale - Tripoli, où le régime tente coûte que coûte de maintenir son emprise, avec le soutien de dizaines de mercenaires africains, qui sillonnent les rues de la ville. Du coup, la plupart des habitants préfèrent rester chez eux, comme nous l’a confié tout à l’heure par téléphone un ressortissant marocain, cloîtré chez lui depuis cinq jours.
C’est donc un calme précaire qui règne sur Tripoli, pendant qu’à une trentaine de kilomètres de là, à l’aéroport de la ville, la situation est, au contraire, bien chaotique, avec la présence de milliers d’étrangers tentant à tout prix de monter dans un avion pour quitter la Libye.
Plusieurs pays, européens, maghrébins, asiatiques, ainsi que les États-Unis, ont accéléré ces dernières heures l’évacuation de leurs ressortissants, avec le départ de plusieurs dizaines de vols.

إضافة تعليق

انظر أيضا