Se connecter

Connectez-vous

Inscrivez-vous si vous n'avez pas de compte

Les Néphila, reines de la haute-couture

Les Néphila, reines de la haute-couture

Les araignées peuvent s’avérer très utiles dans la mode.  Le Daily Mail rapporte que l’Anglais Simon Peers a créé une sublime cape dorée à partir de la soie d’araignées. Cette matière a été extraite sur des Néphila, une espèce arachnide que l’on trouve sur les Hautes Terres de Madagascar. Un million d’araignées ont été utilisées pour créer cette pièce....

Il a fallu huit ans (dont quatre ans de tissage) pour créer et utiliser le tissu. Le procédé employé par Peers n’était plus utilisé depuis plus d’un siècle. Cette pièce unique tient sa couleur de la soie, qui est elle-même dorée.
En 2009, le tissu avait été exposé pour la première fois au musée d’Histoire naturelle de New-York puis au Art Institute de Chicago.
Cette année, on pourra admirer la pièce confectionnée sous forme de cape au Victoria and Albert Museum, à Londres .
«Nous étions motivés à l’idée d’exposer cette pièce au Victoria and Albert Museum, ce musée étant pour nous, l’endroit le plus approprié pour montrer en avant première cette pièce en Europe», affirme l'Anglais Peers.
«A notre connaissance, le Victoria and Albert Museum n’a jamais exposé d’œuvre en rapport avec la soie d’araignée, malgré leurs diverses collections d’art et d’arts décoratifs. Donc nous sommes enchantés et très fiers d'être les premiers dans ce musée qui a déjà une histoire illlustre, longue et riche. Et nous aimons à penser qu’à notre tour, nous pouvons être une inspiration pour les autres.»
Le Français François-Xavier Bon de Saint-Hilaire (1678-1761) est le premier à créer une pièce à partir de la soie d’araignées. Ce dernier a fait bouillir les cocons puis extrait les fils avec un peigne pour faire des chaussettes, des gants et, prétendument, un costume pour le roi Louis XIV.
Les dernières pièces confectionnées à partir de soie d’araignée datent de la fin du XIXème siècle et ont été créées pour l’Exposition universelle de Paris en 1900 mais il ne reste aucun modèle. Depuis, la soie d’araignée a subi quelques expériences, certains ont même essayé, sans grande conviction, de tisser la matière.
Mais Peers est donc le premier à réutiliser l’ancien procédé. Chaque jour, des ouvriers ont prélevé, à l’aide d’une machine manuelle, la soie qui leur permettait de récupérer la filière des arachnides avant de les relâcher dans la nature.
L'exposition au Victoria and Albert Museum, à Londres, se tient à partir du  25 janvier  jusqu'au  5 juin 2012.

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.

Inscrivez-vous