العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Les Maltais disent "oui" au divorce

Les Maltais disent "oui" au divorce

 Malte était le dernier pays d'Europe où le divorce était encore interdit. ...

Les Maltais ont voté en majorité "oui" à la légalisation du divorce dans ce petit pays, dernier en Europe où il est encore interdit, a annoncé dimanche le Premier ministre maltais Lawrence Gonzi, à la presse.
Le chef du gouvernement qui avait fortement fait campagne contre une légalisation du divorce lors du référendum qui s'est tenu samedi à Malte, a reconnu la défaite des partisans du "non". "Ce n'est pas le résultat que je souhaitais mais la volonté du peuple doit être respectée", a-t-il dit. "Le Parlement doit élaborer une loi pour l'introduction du divorce", a-t-il ajouté.
Le référendum n'avait en effet qu'une valeur consultative et pour que le divorce soit autorisé, l'adoption d'une loi spécifique est nécessaire. Les électeurs devaient dire s'ils approuvaient la possibilité de divorcer après une séparation de quatre ans.
Le camp du "non" était soutenu par le Parti nationaliste de M. Gonzi et l'église catholique qui, sans faire officiellement campagne, avait pesé de tout son poids dans la balance notamment dans une lettre aux paroissiens.
A Malte, les catholiques représentent 95% de la population et on y compte presque une église au kilomètre carré.
Actuellement, une séparation légale est possible mais le remariage est très difficile car il faut annuler la première union, une procédure longue (environ huit ans), rarement prononcée par des tribunaux religieux catholiques.
Les deux seules exceptions à l'interdiction sont prévues pour les Maltais ayant obtenu leur divorce à l'étranger et pour ceux ayant épousé un étranger ou une étrangère.

إضافة تعليق

انظر أيضا