العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Le multiculturalisme est «un échec», affirme Sarkozy

Le multiculturalisme est «un échec», affirme Sarkozy

Le multiculturalisme est «un échec», a déclaré jeudi soir sur TF1 le président de la République Nicolas Sarkozy, car, a-t-il dit, «on s'est trop préoccupé de l'identité de celui qui arrivait et pas assez de l'identité du pays qui accueillait». ...

Le chef de l'Etat est le troisième grand responsable politique européen à déclarer que le multiculturalisme était un échec, après la chancelière allemande Angela Merkel et plus récemment le Premier ministre britannique David Cameron.
«Ma réponse est clairement oui, c'est un échec», a répondu Nicolas Sarkozy lors de l'émission «Paroles de Français» sur TF1, à une question d'internaute sur le multiculturalisme.
«La vérité c'est que dans toutes nos démocraties, on s'est trop préoccupé de l'identité de celui qui arrivait et pas assez de l'identité du pays qui accueillait», a lancé Nicolas Sarkozy.
«Bien sûr qu'il faut respecter chacun dans ces différences, mais nous ne voulons pas (...) d'une société où les communautés coexistent les unes à côté des autres. Si on vient en France, on accepte de se fondre dans une seule communauté, qui est la communauté nationale, et si on ne veut pas accepter ça, on ne peut pas être le bienvenu en France», a poursuivi le président de la République.
«Nos compatriotes musulmans doivent pouvoir vivre et pratiquer leur religion, comme n'importe quel compatriote» d'autres religions, «mais il ne peut s'agir que d'un islam de France et non pas d'un islam en France», a ajouté M. Sarkozy.
«Nous ne voulons pas en France que l'on prie de façon ostentatoire dans la rue», mais il est «normal» qu'il y ait des mosquées, a-t-il ajouté. Il y a deux mois, Marine Le Pen avait provoqué un tollé en faisant un parallèle entre les «prières de rue» de musulmans et l'Occupation nazie.
«La prière n'offense personne, mais nous ne voulons pas (...) d'un prosélytisme religieux agressif», a encore jugé le président de la République.
«La communauté nationale française ne veut pas changer son mode de vie, son style de vie, l'égalité entre les hommes et les femmes (...) la liberté pour les petites filles d'aller à l'école», a expliqué Nicolas Sarkozy.
Sur l'immigration, il a déploré que «pendant des années, on n'a eu comme seul politique que de régulariser à tour de bras» et a promis qu'il n'y aurait pas, tant qu'il est président, de «régularisation massive» de sans-papiers.
Selon lui, «le nombre a fait qu'il n'y a pas pu y avoir d'intégration» car «on ne peut intégrer que si on peut proposer un logement et un travail».
Le président a ensuite plaidé pour une meilleure politique de co-développement avec les pays africains.
«Quand vous pensez que pour ce malheureux pays qu'est le Bénin, qui est un des pays les plus pauvres au monde, il y a plus de médecins béninois aujourd'hui qui exercent en France que de médecins béninois qui exercent au Bénin», a-t-il déploré.

إضافة تعليق

انظر أيضا