العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Le Maroc premier bénéficiaire en Afrique du Fonds Vert grâce à « sa capacité de rendre des projets bancables »

Le Maroc premier bénéficiaire en Afrique du Fonds Vert grâce à « sa capacité de rendre des projets bancables »

DR

Le Maroc est le premier bénéficiaire en Afrique du Fonds Vert pour le climat (FVC) grâce à "sa capacité de rendre des projets bancables", a affirmé M. Mohamed Nbou, membre de l'équipe de négociation marocaine à la 23ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP23).

"La capacité du Maroc de rendre bancables des projets de changement climatique nous rend aujourd’hui leader en Afrique. Nous avons pu mobiliser 100 millions de dollars de dons dans le cadre du Fonds vert" de l’ONU, s'est réjoui le directeur du Centre de Compétences Changement Climatique du Maroc dans une interview à la MAP.   Doté de 10,2 milliards de dollars, le FVC est une plate-forme de financement mondiale pour limiter ou réduire les gaz à effet de serre (GES) dans les pays en développement et aider les pays vulnérables à s’adapter aux impacts inévitables du changement Climatique.  

En vertu de l’Accord de Paris, les pays sont appelés à mettre en place un cadre de transparence qui permet d’ "établir la traçabilité aussi bien en matière de soutien qu’en matière d’action", a indiqué M. Nbou, notant qu’à ce niveau le Maroc a pu se doter d’"un cadre de transparence très clair et cohérent qui permet de rendre les projets bancables".   La consolidation du dispositif de transparence est essentielle, a-t-il dit, "pour l’implémentation de notre contribution nationale" et partant renforcer la capacité de la mobilisation des fonds à des fins notamment d’adaptation, l’un des principaux enjeux de la COP23.  

Pour M. Nbou, il y a de ce fait "une nécessité très forte de structurer notre démarche de financement mais cela ne peut se faire sans le renforcement des capacités".  "On ne peut pas faire une transformation de notre économie sans renforcer la capacité des acteurs", a-t-il insisté.  En tant que directeur du Centre de Compétences Changement Climatique du Maroc (4C Maroc), M. Nbou coordonne la participation de la délégation marocaine prenant part aux différentes activités parallèles de la COP23, représentant les quatre acteurs clé de l’action climatique : les secteurs public et privé, les ONG et les institutions de recherche.  

Le 4C Maroc est une plateforme de renforcement des compétences des acteurs pertinents de différents secteurs (public, économique, recherche & formation, société civile, collectivités territoriales, …). Il se veut un hub pour le développement et la diffusion de compétences en matière de changement climatique ouvert sur son environnement régional et africain.  
 

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا