العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Le FMI réaffirme "la qualification continue" du Maroc à bénéficier de la Ligne de précaution et de liquidité

Le FMI réaffirme "la qualification continue" du Maroc à bénéficier de la Ligne de précaution et de liquidité

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a réaffirmé, lundi à Washington, la "qualification continue" du Maroc à bénéficier de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL).

"Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international a conclu la première revue de la performance économique du Maroc dans le cadre de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL), et a réaffirmé la qualification continue du Royaume à avoir accès à cet arrangement", a indiqué, dans un communiqué, le directeur général adjoint du FMI, Mitsuhiro Furusawa.

Les autorités marocaines ont déclaré leur intention de continuer à traiter cette LPL, approuvée en juillet 2016 pour un montant de 3,42 milliards de dollars, comme précaution en vue de se prémunir contre les chocs extérieurs, soutenir les efforts en cours pour réduire les vulnérabilités budgétaires et extérieures, et promouvoir une croissance plus élevée et plus inclusive, a précisé M. Furusawa, qui est également Président par intérim du Conseil d’administration de l’institution monétaire. "Les fondements solides de l’économie marocaine et la mise en œuvre des différentes politiques ont contribué à une performance macroéconomique forte au cours des dernières années", s'est-il félicité, ajoutant que l'amélioration du climat des affaires, de la compétitivité, de l'accès au financement et des politiques du marché du travail demeure cruciale pour augmenter la croissance potentielle et réduire le taux de chômage.

Le directeur général adjoint du FMI a affirmé que l’adoption de la nouvelle loi portant sur les statuts de la banque centrale et la poursuite de la mise en œuvre des recommandations du Programme d'évaluation du secteur financier contribueront à renforcer la gestion du cadre financier, notant, par ailleurs, que l’adaptation à un régime de taux de change plus flexible permettrait au Maroc de mieux intégrer l’économie internationale et de s’ajuster plus facilement aux chocs extérieurs.

L'accord, le troisième du genre, s’étale sur une période de deux ans. L'accès à la LPL pendant la première année sera d'environ 1,73 milliard de dollars. Le premier accord avec le Maroc au titre de la LPL a été approuvé en août 2012 et portait sur un montant de 6,21 milliards de dollars. Le deuxième accord de 24 mois était d’un montant de 5 milliards de dollars et a été approuvé en juillet 2014. 

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا