العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Le chef de l'exécutif catalan dit ne pas craindre d'être arrêté

Le chef de l

DR

Le chef du pouvoir exécutif catalan, Carles Puigdemont, ne craint pas d'être arrêté par les autorités espagnoles dont il n'attend plus rien après leur réaction face au référendum d'autodétermination organisé en Catalogne dimanche dernier.

Dans une interview au quotidien allemand Bild publiée jeudi, le président de la Généralité de Catalogne dit s'attendre désormais à tout de la part du pouvoir central à Madrid.   "Mon arrestation est aussi possible, ce qui serait un acte barbare", dit-il. "Mais personnellement, je ne crains pas ça".  

Le gouvernement espagnol accuse Carles Puigdemont d'avoir enfreint la loi en organisant ce référendum au mépris de l'interdiction de la Cour constitutionnelle. Personne à Madrid toutefois n'a parlé publiquement de son arrestation.   Dans une allocution télévisée mercredi soir, le chef de l'exécutif catalan s'est dit prêt à une "médiation" pour résoudre la crise, une main tendue immédiatement rejetée par les services du président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.   Carles Puigdemont a salué la détermination des Catalans qui ont participé au scrutin pour gagner leur "souveraineté" et ont défilé mardi dans le calme dans les rues de Catalogne pour dénoncer les violences policières dimanche.  

Il a opposé sa propre volonté de dialogue à l'intransigeance de Mariano Rajoy et du roi Felipe VI, dont il a jugé le discours mardi soir "catastrophique".   Le Parlement régional doit se réunir lundi prochain à Barcelone pour examiner le résultat du référendum et lancer un processus menant à l'indépendance de la Catalogne.   "Nous irons aussi loin que le peuple le voudra", dit Carles Puigdemont dans son interview à Bild. "Mais sans le recours à la force (...) Et je suis sûr que l'Espagne ne pourra ignorer la volonté de tant de gens". 

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا