العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

La Turquie "totalement condamnable" si elle "occupe" des territoires en Syrie (ministre français)

La Turquie "totalement condamnable" si elle "occupe" des territoires en Syrie (ministre français)

DR

La Turquie sera "totalement condamnable" si elle mène en Syrie des opérations militaires à des fins d'"occupation territoriale" ou de "conquête", a déclaré mardi le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian devant le Parlement.

"Nous comprenons que la Turquie veuille sécuriser sa frontière et combattre les groupes terroristes qui s'y trouvent et, vous le savez, il y en a de nombreux", a répondu le ministre, brièvement hué, à un député qui l'interrogeait sur la position de la France concernant l'opération turque dans la région kurde d'Afrine, dans le nord de la Syrie.    

"Mais nous ne pouvons valider que cela se fasse au détriment des populations civiles, d'autant plus qu'il s'agit souvent de réfugiés et de déplacés et il y en a plusieurs centaines de milliers", a ajouté M. Le Drian.     "Par ailleurs, si d'aventure la Turquie menait des opérations à des fins d'occupation territoriale ou de conquête, alors elle serait totalement condamnable", a-t-il poursuivi. "Ce sont les deux points que nous avons fait valoir aux autorités turques et le président de la République (Emmanuel Macron) a eu l'occasion de le dire à (son homologue turc) M. Erdogan."    

Le député communiste Jean-Paul Lecoq a reproché à M. Le Drian de "cautionner des crimes de guerre" en "expliquant que la Turquie est impliquée à Afrine pour sa propre sécurité" et a dénoncé de son côté "une opération de nettoyage ethnique contre les Kurdes".     "Monsieur le Premier ministre, pourriez-vous condamner fermement et officiellement ce qui se passe en ce moment dans la région d'Afrine et en Syrie (du fait de) l'armée turque ?", a également lancé le député à Edouard Philippe.   Le chef de la diplomatie française a par ailleurs réitéré la nécessité de s'en tenir au cadre des Nations unies pour un règlement politique du conflit en Syrie.    

"La résolution de cette crise passera par l'urgence d'une solution sous l'égide des Nations unies (...) Cela ne se passe pas à Sotchi, cela doit se passer à Genève", a-t-il martelé au moment où un Congrès national syrien est réuni dans cette station balnéaire russe, sur les bords de la mer Noire.   Une nouvelle manifestation contre l'opération turque d'Afrine est prévue pour samedi à Paris à l'appel d'organisations kurdes.    Le 27 janvier, 2.500 personnes, selon une estimation policière, ont défilé dans la capitale française derrière une banderole affirmant que "le fascisme turc d'Erdogan sera enterré à Afrine".  

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا