العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

La Birmanie rejette les accusations de "génocide" avancées par l'ONU

La Birmanie rejette les accusations de "génocide" avancées par l

DR

La Birmanie rejette les accusations de "génocide" à l'encontre des musulmans rohingyas, avancées par les enquêteurs de l'ONU, a indiqué un porte-parole du gouvernement birman.

"Nous n'avons pas autorisé la MEF (Mission d'établissement des faits de l'ONU) à entrer en Birmanie, c'est pourquoi nous n'acceptons aucune résolution du Conseil des droits de l'Homme", a déclaré le porte-parole du gouvernement birman, Zaw Htay, mettant en avant la création d'une "Commission d'enquête indépendante" par la Birmanie pour répondre aux "fausses allégations des agences de l'ONU".  

Créée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU en mars 2017, la MEF de l'ONU sur la Birmanie avait estimé lundi que "les principaux généraux de Birmanie, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l'objet d'enquêtes et de poursuites pour génocide dans le nord de l'Etat Rakhine, ainsi que pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre dans les ?tats Rakhine, Kachin et Shan".  

En 2017, plus de 700.000 musulmans rohingyas ont fui vers le Bangladesh après une offensive de l'armée birmane lancée en représailles d'attaques de postes-frontières par des rebelles rohingyas. Cette répression a été qualifiée par l'ONU de "nettoyage ethnique".  

Dans leur rapport, les experts de l'ONU ont appelé le Conseil de sécurité à saisir la Cour pénale internationale par le biais d'une résolution ou à créer un tribunal international ad hoc, comme pour le Rwanda ou l'ex-Yougoslavie.

إضافة تعليق

انظر أيضا