العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

L’Algérie vivement critiquée après l'expulsion de 1400 migrants

DR

L’ONG internationale Human Rights Watch, a appelé vendredi le gouvernement algérien à arrêter les expulsions “massives et sommaires” des migrants subsahariens, estimant que ces reconduites par la force aux frontières “violeraient leurs droits”.

 

Dans un communiqué, HRW a accusé les autorités algériennes “d'expulsions massives des migrants, y compris des hommes et des femmes qui ont pu fuir la persécution ou qui ont travaillé pendant des années en Algérie.

Selon Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, 1400  migrants, en majorité des  réfugiés et des demandeurs d'asile, ont été “envoyés par la force dans un camp à  Tamanrasset, dans l’extrême sud algérien, en vue de les expulser.

Ces expulsions ont  provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux et les médias internationaux, notamment Le Monde, qui a consacré un article aux déclarations de Farouk Ksentini, avocat algérien et président de la "Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme", qui a estimé que la présence des migrants expose les Algériens "au risque de la propagation du sida ainsi que d’autres maladies sexuellement transmissibles".

La radio RFI, quant à elle, a souligné que “la situation des migrants subsahariens ressemble à un véritable calvaire en Algérie”.

Ecoutez les éclairages de François Gemenne, chercheur en science politique :  00:00:44

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا