العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

France: Sarkozy maintient l'Année du Mexique et la dédie à Florence Cassez

France: Sarkozy maintient l

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé lundi sa décision de maintenir l'Année du Mexique en France mais en la dédiant à Florence Cassez, une Française condamnée par la justice mexicaine à 60 ans de prison pour enlèvements et au centre d'une crise diplomatique entre Paris et Mexico....

«Le peuple de France est ami avec le peuple du Mexique» et «nous faisons la différence entre le peuple mexicain et certains de ses dirigeants», a affirmé M. Sarkozy après avoir reçu à la présidence les parents de la jeune femme qui militent pour le transfert de leur fille en France.
Selon Nicolas Sarkozy, «supprimer l'année du Mexique en France serait faire offense au peuple mexicain» et serait «inapproprié».
«Je demande le maintien de l'année du Mexique en France» et «la dédie à Florence Cassez», a-t-il déclaré, précisant avoir pris sa décision en accord avec la jeune femme et ses parents.
Jeudi, la mère de Florence, Charlotte Cassez, avait réclamé l'annulation de cette série d'événements culturels prévus en 2011 en France, en réaction au rejet du pourvoi en cassation de sa fille par un tribunal de Mexico. Florence Cassez avait ensuite rejeté cette idée, souhaitant plutôt qu'on «en profite pour parler de sa cause».
Le rejet de son pourvoi par la justice mexicaine a également provoqué une crise diplomatique entre les deux pays, la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie ayant qualifié le jugement de «déni de justice». Elle avait aussi convoqué l'ambassadeur du Mexique à Paris, provoquant la convocation de l'ambassadeur de France à Mexico par mesure de réciprocité.
Originaire du Nord de la France, Florence Cassez, 36 ans, est incarcérée au Mexique depuis son arrestation en décembre 2005 pour des enlèvements, en compagnie de son ex-compagnon Israel Vallarta.
La Française, qui a toujours clamé son innocence, a été condamnée à 96 ans de prison en première instance, une peine ramenée en appel à 60 ans en mars 2009.
«Nous ne laisserons pas 60 ans de plus cette jeune femme dans une prison», a affirmé lundi le président Sarkozy, souhaitant l'application d'une «convention internationale au terme de laquelle quelqu'un qui est condamné définitivement doit être transféré pour effectuer la totalité de sa peine» dans son pays.
M. Sarkozy a dit qu'il allait appeler le président mexicain Felipe Calderon pour parler «des conditions de ce transfèrement de la jeune femme et des garanties qu'elles (les autorités mexicaines, ndlr) souhaiteraient recevoir en échange». Il a ajouté qu'il publierait bientôt une tribune dans la presse mexicaine.
Le président français a également assuré qu'il demandait aux autorités mexicaines de «veiller à la sécurité» de la jeune femme.

إضافة تعليق

انظر أيضا