العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Deux otages japonais aux mains de l'Etat islamique

Deux otages japonais aux mains de l

Le Japon a annoncé qu'il ne céderait pas face au terrorisme...

Le groupe djihadiste Etat islamique, qui contrôle de vastes territoires de Syrie et d'Irak, a mis en ligne mardi une vidéo censée montrer deux otages japonais et réclamé une rançon de 200 millions de dollars pour qu'ils aient la vie sauve.
Les deux Japonais en question sont identifiés dans la vidéo comme étant Haruna Yukawa et le journaliste indépendant Kenji Goto.
Dans le document vidéo, un homme vêtu de noir et armé d'un poignard, qui se tient aux côtés des deux "otages", dénonce le soutien accordé par Tokyo à la coalition internationale, conduite par Washington, qui mène depuis septembre dernier des raids aériens contre l'EI en Syrie et en Irak.
Selon cet homme, l'opinion publique japonaise a 72 heures pour faire pression sur son gouvernement afin qu'il renonce à son soutien "insensé" à la coalition. "Faute de quoi, ce poignard deviendra votre cauchemar", dit-il en anglais.
Les djihadistes de l'EI avaient affirmé en août dernier détenir un Japonais en Syrie.
Le Japon ne pliera pas
Le gouvernement japonais a affirmé mardi qu'il ne céderait pas face au terrorisme. "La position de notre pays de combattre le terrorisme sans plier demeure inchangée", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'un point de presse faisant suite à la mise en ligne sur des sites jihadistes de cette vidéo qui est en cours d'authentification.
"Nous sommes en train de vérifier cette vidéo qui contient des menaces de mort sur deux hommes présentés comme des ressortissants japonais", a précisé M. Suga.
"Prendre des personnes en otage est impardonnable", a-t-il ajouté, affirmant que "le gouvernement est déterminé à faire tout son possible pour que les Japonais soient relâchés le plus vite possible" si ces faits sont confirmés.
Le Premier ministre nippon Shinzo Abe, qui est actuellement en tournée au Moyen-Orient, va annuler une partie de ses engagements, a indiqué M. Suga, mais le sommet prévu avec le président palestinien Mahmoud Abbas aura bien lieu.
"Le Premier ministre va demander une coopération sur cette affaire" lors de cette rencontre, a-t-il précisé.
Un vice-ministre japonais des Affaires étrangères, Yasuhide Nakayama, doit être dépêché en Jordanie pour donner les instructions requises sur place, a aussi annoncé le porte-parole du gouvernement nippon.

إضافة تعليق

انظر أيضا