العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Des opposants intègrent le gouvernement égyptien

Des opposants intègrent le gouvernement égyptien

Des membres des partis de l'opposition à Hosni Moubarak, à l'exception des Frères musulmans, ont été nommés au sein du gouvernement de transition après un remaniement, rapportent les médias lundi....

Aucun membre des Frères musulmans n'a été appelé et la confrérie islamiste a condamné ce remaniement du gouvernement d'Ahmed Chafik, estimant que tous les ministres du président déchu devaient s'en aller.
«Personne ne nous a offert de poste et même s'ils nous en avaient proposé un, nous aurions refusé, car nous demandons ce que la population exige, c'est-à-dire que ce gouvernement démissionne car il est compromis avec l'ancien régime», a déclaré Essam El Erian, haut dirigeant des Frères musulmans.
«Nous voulons un gouvernement constitué de techniciens, sans lien avec l'ancien régime», a-t-il ajouté.
Dix jours après la démission du président Hosni Moubarak, le remaniement, annoncé dimanche soir, n'inclut aucun changement dans les ministères clefs de la Défense, de l'Intérieur et des Affaires étrangères.
Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui dirige le Conseil suprême des forces armées, est ministre de la Défense depuis une vingtaine d'années.
«IMPULSER LE CHANGEMENT»
Parmi les ministres nouvellement nommés figurent trois hommes politiques venant de partis politiques légaux.
Yehia el Gamal, proche de Mohamed ElBaradeï, a été nommé au poste de vice-Premier ministre. Ce professeur de droit appartient à la Coalition nationale pour le changement d'ElBaradeï.
Gowdat Abdel Khalek, du parti d'opposition Tagammou, a été désigné au poste de ministre de la Solidarité et de la Justice sociale, selon le journal Al Gomhouria.
Mounir Abdel Nour, secrétaire général du parti Wafd (libéral) a été nommé ministre du Tourisme.
«Accepter ce poste est un devoir national pour impulser le changement dans la bonne direction», a déclaré Abdel Nour à la chaîne de télévision Mehwar, selon l'agence de presse Mena.
En novembre dernier, le parti Wafd avait boycotté les élections législatives, estimant alors que le vote était truqué.
Abdel Nour a appelé le futur président de l'Egypte à modifier la constitution du pays qui est selon lui dépassée,
indique l'agence de presse.
Parmi les autres changements, le poste de ministre de l'Information a été supprimé. L'ancien ministre, Anas El Fekki,
a attisé la colère des manifestants car les médias d'Etat ont longtemps minimisé l'ampleur du mouvement de protestation contre Hosni Moubarak.
L'ancien président, au pouvoir depuis près de 30 ans, a démissionné le 11 février au 18e jour d'une vague de
contestation sans précédent contre son régime.
Amr Hamzaoui, un analyste politique et membre du «conseil des sages», formé de personnalités indépendantes chargées de réfléchir à la transition, a été nommé au poste de ministre de la Jeunesse, rapporte la télévision nationale.
Mohamed El Saoui, qui dirige un centre culturel populaire au Caire, prend le portefeuille de la Culture et Georgette Kalini est nommée à l'Immigration.
L'armée, qui a été chargée d'assurer la transition, a promis de remettre le pouvoir aux civils à l'issue d'un processus
électoral.
Le Premier ministre Ahmed Chafik a ordonné par ailleurs que des rues soient rebaptisées au nom de «martyrs» tués durant le soulèvement, qui a fait quelque 300 morts.

إضافة تعليق

انظر أيضا