العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Bahreïn: l'opposition réclame la démission du gouvernement

Bahreïn: l

L'opposition à Bahreïn réclame la démission du gouvernement après la dispersion par la force d'un rassemblement pacifique, a déclaré jeudi à l'AFP le chef du mouvement chiite Al-Wefaq, cheikh Ali Salmane....

«Les groupes politiques d'opposition, dont Al-Wefaq, ont publié un communiqué dans lequel ils demandent la démission du gouvernement et la formation d'un nouveau cabinet qui enquêterait sur ce crime», a affirmé cheikh Salmane en référence à la mort de quatre manifestants selon l'opposition.
Le Premier ministre, cheikh Khalifa ben Salmane Al-Khalifa, oncle du roi, est à ce poste depuis l'indépendance de Bahreïn, en 1971.
Selon le leader chiite, les groupes signataires du communiqué veulent qu'un «nouveau gouvernement propose des réformes politiques, qu'on puisse réviser la Constitution qui consacre le principe d'une alternance pacifique au pouvoir et initie une monarchie constitutionnelle».
«Nous avons également appelé le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour qu'il oeuvre à protéger les civils à Bahreïn», a-t-il ajouté.
Cheikh Salmane a par ailleurs confirmé le retrait du bloc de son groupe du Parlement où il contrôle 18 des 40 sièges de l'Assemblée basse. «Al-Wefaq a décidé de se retirer complètement et définitivement du Parlement».
Mardi, ce groupe a suspendu sa participation au Parlement après les premières actions de la police contre des manifestants qui ont fait deux morts lundi et mardi.
Dans la nuit de mercredi à jeudi, quatre manifestants ont été tués dans l'intervention musclée des forces de l'ordre contre un rassemblement pro-démocratie sur une place de Manama, selon des sources de l'opposition.
L'armée a été déployée jeudi dans la ville et a annoncé son intention de prendre toutes les mesures nécessaires pour un retour à l'ordre dans le pays, habité par une majorité de chiite et gouverné par une dynastie sunnite.

إضافة تعليق

انظر أيضا