العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

Algérie: appel à la libération du défenseur des droits de l’Homme Kamel Eddine Fekhar

Algérie: appel à la libération du défenseur des droits de l’Homme Kamel Eddine Fekhar

Des défenseurs des droits de l'Homme et des journalistes ont appelé les autorités algériennes à libérer le militant Kamel Eddine Fekhar, en grève de la faim depuis plus de trois mois.

Kamel Eddine Fekhar, ancien président du bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), a été arrêté en juillet 2015, après les affrontements intercommunautaires meurtriers ayant secoué la ville de Ghardaïa (plus de 420 km au sud d’Alger). "Il risque au moins vingt ans de prison. Ca peut arriver jusqu’à la perpétuité", avait averti son avocat Me Salah Dabouz, selon lequel son client fait les frais d’un procès politique décidé par des hauts responsables de l'Etat.

Poursuivi pour "atteinte à la sûreté de l'Etat" et "trouble à l'ordre public", Kamel Eddine Fekhar attend toujours d'être jugé. Les signataires de l'appel, publié par la presse locale, soulignent "la totale responsabilité des autorités algériennes dans le sort fatal que Kamel Eddine Fekhar risque de connaître d'un moment à l'autre".

Me Salah Dabouz craint de voir Fekhar subir le même sort que le journaliste Mohamed Tamalt, décédé en décembre dernier à Alger, après une longue grève de la faim observée pour protester contre les conditions de sa détention, après sa condamnation à une peine de deux ans de prison ferme pour "outrage à corps constitué" et "atteinte aux symboles de l’Etat", suite à des articles publiés sur sa page Facebook et son blog. La famille Fekhar a saisi l’année dernière le SG de l’ONU dans l’espoir d’intercéder auprès du gouvernement algérien pour obtenir la libération de leur fils arrêté "arbitrairement", au lendemain de ces affrontements ethniques d’une rare violence entre Arabes et Amazighs, faisant au moins 22 morts et des dizaines de blessés.

Amnesty international avait demandé aux autorités algériennes "d’enquêter de manière prompte et impartiale sur ces incidents, ainsi que sur la réponse des forces de sécurité dans le cadre de ces affrontements". 

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا