العضوية

تسجيل الدخول

اشترك إذا لم يكن لديك حساب

États-Unis: déclarations fracassantes concernant le Mexique et les pays musulmans de Trump

DR

Pour sa première interview autant que président des États-Unis pour ABC, Donald Trump n'a pas mâché ses mots vis-à-vis du Mexique voisin et des pays musulmans.

Dès son arrivée au pouvoir, Donald Trump a multiplié la signature des décrets présidentiels. Derniers en date: l'interdiction aux ressortissants de certains pays musulmans de se rendre aux États-Unis et la fermeture de la frontière avec le Mexique. Lors de son interview sur ABC, le nouveau Président américain a déclaré que c'est le Mexique qui va financer le mur de séparation.  

"Il est obligé de dire cela, a expliqué Donald Trump. Mais moi je vous le dis: il y aura un paiement, même si le montage sera peut-être compliqué." Donald Trump avait lancé quelques heures plutôt sur Twitter un message au Président mexicain: « Si le Mexique n’est pas prêt à payer le mur, qui est vraiment nécessaire, ce serait mieux d’annuler la rencontre à venir ».

Le Président mexicain Enrique Pena Nieto a annoncé jeudi qu'il annulait sa visite à Washington. «Ce matin j'ai informé la Maison-Blanche que je n'assisterai pas à la réunion de travail programmé mardi prochain avec @Potus», a déclaré sur Twitter Enrique Pena Nieto. 

À Washington, la correspondance de Claude Porsella:  00:01:20

Concernant l'interdiction qui vise les ressortissants de certains pays musulmans, le milliardaire est resté évasif, mais selon plusieurs médias américains il s'agit vraisemblablement de  l’Irak, l’Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan et le Yémen. 

"Je ne veux pas de terrorisme dans ce pays", a affirmé le Président. "Le monde est un foutoir […], le monde est en colère, s’est-il exprimé. Nous n’aurions pas dû aller en Irak (en 2003). Nous n’aurions pas dû nous en retirer de la façon dont nous l’avons fait (en 2011). Le monde est un foutoir complet", a-t-il ajouté.

يتبع

إضافة تعليق

انظر أيضا